Syrie : photo bidonnée dans un journal autrichien
Brève

Syrie : photo bidonnée dans un journal autrichien

Photomontage dans un journal autrichien.

Le Kronen Zeitung, plus important quotidien d'information en terme de tirage en Autriche, a réalisé un montage de deux photos différentes pour illustrer le conflit en Syrie. Le bidonnage a été pointé par un internaute sur le site communautaire Reddit, et repris par Gizmodo, site américain spécialisé dans les nouvelles technologies. L'info a aussi été relayée par deux quotidiens en langue allemande : l'autrichien Der Standart, et l'un des trois plus grands quotidiens allemands, le Süddeutsche Zeitung.

Voici la photo parue dans le journal, le 28 juillet :

Et la photo originelle, prise le 26 juillet :

Visiblement, les journalistes ont cru devoir manipuler la photo pour la rendre plus dramatique encore. Dans le journal, on voit donc un couple syrien avec un enfant devant des immeubles dévastés par des bombardements. En réalité, sur la photo originelle, que l'on trouve ici sur le site de l'European Pressphoto Agency, pas d'immeubles détruits en arrière-plan, mais une simple rue avec un arbre. Selon la légende de l'agence, il s'agit d'une famille syrienne qui fuit les violences près d'Alep.

Pas d'immeuble détruit sur laphoto originelle, pourtant, la légende écrite par le Kronen Zeintung joue sur le montage : "Eine Ruinenlandschaft, aus der Menschen fliehen, sind Teile von Aleppogeworden", c'est à dire : "Un paysage de ruines, devant lesquel fuient les habitants, c'est devenu le quotidien à Alep".

Selon le Süddeutsche Zeitung, l'arrière-plan est issue d'une photo Reuters. Elle n'a pas été prise à Alep, mais dans une autre ville, à Homs.

La photo Reuters, sans montage, est montrée ici sur le site du Standart picto

Interrogé par le quotidien allemand, le rédacteur en chef du Kronen Zeitung - appelé aussi Krone - s'est défendu de manière étonnante : "Je sais juste qu'il y a deux crédits photo, les choses sont donc claires".

Il s'est par la suite excusé, tout en gardant un peu le même discours : "Bien que nous ayons correctement précisé les copyright de chacune des photos, il manque l'information selon laquelle il s'agit d'un photomontage, a-t-il expliqué. Nous nous excusons pour cet oubli". Deux copyrights, et c'est au lecteur de deviner qu'il y a photomontage, donc...

Pour le rédacteur en chef, pas de problème dans l'utilisation du photomontage, l'objectif était de montrer l'horreur de la guerre en Syrie. "Le problème, ce ne sont pas les photos, qui se rapprochent à peine de l'horreur de la guerre qui fait rage en Syrie, le problème ce sont les images qui se déroulent là-bas tous les jours devant les yeux des gens" a ajouté le rédacteur en chef.

Sans surprise, le photomontage n'a pas manqué d'être dénoncé sur des sites pro-régime syrien, comme le site "la Voix de la Syrie", dont l'objectif est de "lutter contre la propagande des médias occidentaux".

Retrouvez notre dossier complet sur la Syrie.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Syrie : les géants du web "effacent l'Histoire"

Facebook, YouTube ou Twitter suppriment des preuves de crimes de guerre

Rojava, rester ou partir? Le dilemme des reporters

ASI s'est entretenu avec des journalistes sur place

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.