Slate ne parlera ni du Monde, ni de l'Angolagate
Brève

Slate ne parlera ni du Monde, ni de l'Angolagate

Le nouveau site d'information Slate.fr, dirigé par l'ancien patron du journal Le Monde (Jean-Marie Colombani) assisté de plusieurs anciens de ce quotidien, ne parlera pas de "sujets éventuellement sensibles" comme le journal Le Monde, ou l'Angolagate, précise Eric Leser, un des deux rédacteurs en chef de Slate.

"Pour ce qui est des sujets éventuellement sensibles comme Le Monde ou l'Angolagate (un des chroniqueurs de Slate.fr, Jacques Attali, est mis en examen pour trafic d'influence dans le procès de l'Angolagate, ce que ne précise pas Slate.fr NDR), nous n'allons tout simplement pas les traiter. Pourquoi, parce que nous sommes un site magazine dont la vocation est d'apporter de la valeur ajoutée dans la compréhension de l'actualité et de la société avec comme principal atout la distance."

"Dans les deux questions que vous évoquez, quelles que soient les précautions que nous prendrons et les murailles de Chine que nous respecterons, nous serons suspects de servir des intérêts ou de participer à une campagne. Autant consacrer notre énergie et nos moyens qui ne sont pas illimités à autre chose et notamment à établir notre crédibilité." explique Leser en réponse à la question d'un internaute.


Sur le lancement de Slate.fr consultez notre observatoire d'hier : Après Plenel, Colombani lance son site d'information, Slate.fr

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.