Siné : Condamné, Charlie se venge en couverture
Brève

Siné : Condamné, Charlie se venge en couverture

Une condamnation, et une couverture en forme de vengeance.

Charlie Hebdo, qui avait fait appel de sa première condamnation en 2010, a de nouveau été condamné à verser des dommages et intérêts au dessinateur Siné pour "rupture abusive du contrat". Et cette fois-ci, la note est salée : l'hebdomadaire devra verser à Siné 90 000 euros de dommages et intérêts (contre 40 000 en première instance) et 15 000 euros pour les frais de justice.

Cette condamnation intervient plus de quatre ans après le licenciement de Siné par Val. L'affaire remonte au 2 juillet 2008, jour de la publication d'une chronique de Siné dans Charlie Hebdo. Le dessinateur y fustigeait l'arrivisme de Jean Sarkozy en ces termes : "Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l'UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n'est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !". Deux semaines plus tard, le dessinateur apprenait dans Charlie Hebdo qu’il était renvoyé.

Lors du premier jugement en novembre 2010, le tribunal de Grande Instance de Paris avait estimé qu'on ne pouvait prétendre "que les termes de la chronique de Siné [étaient] antisémites... ni que celui-ci a commis une faute en les écrivant". Un jugement confirmé en appel, donc.

Dans son édito, le directeur de l'hebdomadaire, Charb, considère que l'affaire est terminée. Il n'y aura pas de pourvoi en cassation : "Quel sens ça aurait eu ? Les deux principaux protagonistes [Val et Siné] ont depuis longtemps quitté le journal". Et Charb de préciser : "Sur l'échelle des catastrophes, disons que cette condamnation nous coûte moins cher qu'un incendie criminel, mais plus cher que tous les procès que l'extrême droite nous a intentés depuis vingt ans." Outre les dommages et intérêts, Charlie Hebdo a été contraint de publier le jugement en Une.

Et Siné, qui raconte actuellement son combat contre la maladie, n'a sans doute pas été déçu...

… par la couverture du numéro de Noël picto

Une couverture de mauvais perdant et de mauvais goût ? Avec ce dessin, Charb "insinue que la condamnation de Charlie Hebdo est injuste, et que l’hebdomadaire est victime des chicaneries d’un mauvais coucheur rongé par des manies processives", écrit le journaliste Sébastien Fontenelle sur son blog. Or, " ce n'est pas le cas".

"Siné, lorsqu’il a porté plainte contre Charlie Hebdo, n’a fait que défendre ses droits contre un patron qui les bafouait, rappelle-t-il. C'est cette réalité documentée que Charb (qui s’était rangé en 2008 sous la bannière du lourdeur) tente d’effacer par son dessin du jour, en la remplaçant par une réalité-bis quelque peu délirante." De quoi ranimer l'éternel débat sur les limites de la caricature.

L'occasion de revoir Siné dans notre émission "@ux sources", présentée par Maja Neskovic.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.