Sexisme à France TV : sanctions tardives et "disproportionnées"
article

Sexisme à France TV : sanctions tardives et "disproportionnées"

Trois journalistes du service des sports ont été licenciés

Réservé à nos abonné.e.s
ASI s'est procuré des tracts syndicaux qui montrent que les signalements pour harcèlement et sexisme au service des sports de France Télévisions remontent au moins à 2013. Mais il a fallu le témoignage public d'une journaliste en avril 2020 pour déclencher enfin une enquête interne. Trop tard, mais aussi trop fort, notent des syndicalistes qui jugent les licenciements disproportionnés.

Harcèlement moral et propos sexistes : Clémentine Sarlat, ancienne coprésentatrice de Stade 2, a accordé à l'Équipe, le 4 avril 2020, une interview retentissante sur son départ de France Télévisions en 2018. Elle raconte : isolement dans un bureau, jours de télétravail transformés en RTT... La direction de France Télévisions ne tarde pas à réagir : dans un communiqué publié quelques heures après la sortie de l'article, le groupe audiovisuel annonce l'ouverture d'une enquête interne, menée par le cabinet indépendant Interstys. La présidente Delphine Ernotte annonce même à L'Équipe avoir "pris personnellement l'affaire en mains".

Au total, 115 salariés du service des sports sont entendus lors de cet audit, réalisé entre le 14 et le 3...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.