Sarkozy "vainqueur dans la presse allemande" ? Nein !
Brève Vidéo

Sarkozy "vainqueur dans la presse allemande" ? Nein !

Sarkozy, dans l'accord européen, a-t-il tout cédé à Merkel ? Pas du tout, à en croire les reponsables français: "quand on lit la presse allemande, eux (les Allemands) sont convaincus que c'est la voix de la France qui l'emporte".

Pourtant, qu'il s'agisse du très sérieux Die Welt, ou du très populaire Bild, de grand journaux allemands saluent le travail d'Angela Merkel, face à la crise de l'euro, sans évoquer une quelconque domination de Nicolas Sarkozy.

Etonnant décalage, entre la vision de la presse allemande partagée par Juppé, et Pécresse, et le ministre belge des finances, Didier Reynders.

Juppé dit "tomber de l'armoire" quand on évoque une domination allemande. Selon lui, la presse allemande dirait tout le contraire.

picto Même son de cloche chez la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse.

Die Welt et Bild ne représentent certes pas toute la presse allemande, mais aujourd'hui ils chantent tous deux les louanges de Merkel.





Le plus puissant quotidien allemand, Bild, titre "Merkel triomphe à Bruxelles" même si l'article détaille les mesures prises cette nuit, sans mettre spécialement en avant le rôle de la chancelière dans cette longue négociation.

La photo montre Merkel souriante et joviale lors de la conférence de presse qu'elle a tenue à 4 h du matin.

"Le manque de respect des Allemands face au remarquable travail de Merkel"

Le quotidien Die Welt regrette que le travail de la chancelière allemande ne soit pas apprécié à sa juste valeur par les Allemands.

"Au contraire, il est devenu à la mode de critiquer Angela Merkel et son gouvernement. C'est manquer de respect à une chancelière qui, jour et nuit, sans craindre la fatigue, essaye de sauver notre monnaie et notre prospérité.

"Dans sa déclaration politique Merkel a, une fois de plus choisi un style factuel, dénué de toute émotion. Cela contraste avec l'énervement de beaucoup d'experts auto-proclamés et de beaucoup de profiteurs de la crise.

"Les Allemands doivent faire confiance à la chancelière qui défend les intérêts allemands (...) même s'il y a beaucoup de choses à lui reprocher (...) dans l'intérêt de l'Allemagne, il faut lui souhaiter bonne chance pour sa persévérance et sa ténacité."

(Par Gilles Klein et Marion Mousseau)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.