Rosa Parks, cent ans et un jour
Brève

Rosa Parks, cent ans et un jour

nouveau media


Si elle n'était pas morte en 2005, Rosa Parks aurait eu aujourd'hui exactement cent ans et un jour. Hier, un peu partout aux Zétazunis, on lui rendit hommage. Un timbre fut même édité pour l'occasion :

nouveau media

Capture d'écran du site de CBSNews


Rosa Parks fut cette femme noire qui, le 1er décembre 1955, refusa de céder sa place à un homme blanc dans un bus de Montgomery, Alabama. À cette époque, les Noirs devaient s'asseoir au fond du bus. Ou au milieu, si le bus était vide. Mais si d'aventure des Blancs y montaient, les Noirs devaient refluer vers le fond du véhicule. C'était le bon vieux temps de la ségrégation raciale. Exemple par l'image avec cette photo prise dans un bus de Dallas en 1956. Les Blancs devant, les Noirs derrière :

nouveau media


Le refus de Rosa Parks de rejoindre le fond du bus fut immédiatement suivi par son emprisonnement :

nouveau media
nouveau media


Elle reçut une amende de quinze dollars, fit appel de la condamnation, et c'est alors qu'entra en scène un inconnu du nom de Martin Luther King. Lequel organisa le boycott de la compagnie de bus de Montgomery, qui dura un peu plus d'un an. Voici une photo réunissant Rosa Parks au centre, le pasteur à gauche au pupitre et le révérend Ralph Abernathy à la droite de Rosa Parks :

nouveau media


Le 13 novembre 1956, soit près d'un an après le début de ce boycott des transports en commun, la Cour suprême des États-Unis décréta anticonstitutionnelles les lois relatives à la ségrégation dans les bus. Le 20 décembre, le boycott cessa.

Cette photo, qui nous montre Rosa Parks assise au milieu du bus, est souvent utilisée pour illustrer son refus de changer de place :

nouveau media

Copie d'écran du site USNews.com

En vérité elle a été prise le 21 décembre 1956, le lendemain du jour où cessa le boycott. L'homme assis derrière elle est un reporter de l'agence UPI qui couvrait l'événement.

Il faudra attendre 1964 pour que soient abrogées les lois ségrégationnistes (les lois Jim Crow) mises en place à l'issue de la Guerre de Sécession. Et 1967 pour que celles interdisant les mariages mixtes soient déclarées anticonstitutionnelles.

L'occasion idéale de lire ma chronique intitulée Comme un goût de Strange Fruit… où il est question de l'assassinat, le 26 février 2012, d'un lycéen noir de dix-sept ans nommé Trayvon Martin.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.