Piraté, Sony demande aux médias de détruire tous les fichiers dévoilés
article

Piraté, Sony demande aux médias de détruire tous les fichiers dévoilés

La fuite : plaisanteries sur Obama, salaires des dirigeants et... scénario du prochain James Bond

Réservé à nos abonné.e.s
Vingt jours après avoir été piraté, Sony Pictures Entertainment tente de limiter les dégâts. Dans une lettre de trois pages, au ton menaçant, l'avocat de Sony a demandé à plusieurs médias américains de cesser d'utiliser -et même de détruire- les dizaines de milliers de fichiers qui circulent sur le net depuis ce piratage de très grande ampleur. Lesquels médias s'étaient évidemment largement servis dans ces données.

nouveau media

Sony en aurait-il assez de faire la une des médias américains ? C'est ce que laisse penser cette lettre de trois pages, que l'on peut déjà trouver sur le net, et dans laquelle Davies Boies, avocat du groupe, met en garde plusieurs médias, dont le New York Times : "Nous avons des raisons de penser que vous êtes en possession des ces informations volées" écrit-il avant d'ajouter : "Nous vous écrivons pour nous assurer que vous êtes conscient que le studio ne donne pas son consentement à ce que possédiez, lisiez, publiez, téléchargiez ou fassiez usage de ces documents" (la dernière phrase est écrite en gras et soulignée).

La l...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Jeux vidéo : Sony influence les "influenceurs"

Avion, hôtel, tour en hélico à Manhattan... pour la sortie de "Spiderman"

Wikileaks : quand un financier soufflait à Obama la composition de son équipe

"Une vision sans précécdent du fonctionnement de l'élite"

Allemagne : une fuite de données aux contours encore flous

Pouvait-on vraiment parler de "cyberattaque" ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.