Peillon ne débattra pas contre Besson, et demande la démission de Chabot
Brève

Peillon ne débattra pas contre Besson, et demande la démission de Chabot

Vincent Peillon (PS), qui devait participer jeudi soir à l'émission "A vous de juger" (France 2) sur l'identité nationale, a laissé sa chaise vide, voyant dans ses modalités d'organisation une "dérive" "indigne et inacceptable", et demande la démission d'Arlette Chabot.
Chabot a%u0300 21h37

Peillon a annoncé cette défection sur son blog, sans toutefois préciser en quoi il avait été trompé par France 2 sur ces "modalités", lorsqu'il avait accepté l'invitation.

Ce forfait de Peillon a été annoncé par Chabot à 21 h 37. Elle a affirmé que l'invitation de Peillon "s'était faite dans la plus totale transparence", et s'est considérée elle-même comme "piégée". Elle a regretté "ce coup d'éclat". Pour sa part, Marine Le Pen, seule contradictrice de Besson sur le plateau, a estimé que "le Parti socialiste était en dessous de tout", lançant à Besson qu'il pourrait faire "à la fois le socialiste et l'UMP".


Dans un communiqué, Peillon demande le départ de la directrice générale adjointe de la chaîne publique, chargée de l'information et des "dirigeants de France 2 qui ont autorisé cette opération".

Il déplore qu'en dépit du faible intérêt des Français pour ce débat, la direction de France 2 n'ait "pas trouvé mieux, en cette rentrée 2010, que de consacrer la seule émission politique de début de soirée à Eric Besson et de le faire dialoguer avec Marine Le Pen", vice-présidente du FN.

La chaîne "prend ainsi en otage le service public et les personnels qui y travaillent", accuse le responsable socialiste.

"Pour habiller le tout, on m'a demandé, en tant que responsable socialiste, de venir cautionner cet exercice d'abaissement national en voulant bien jouer les idiots utiles en deuxième partie de soirée", argumente Peillon.

Il estime d'ailleurs qu'"on s'est déjà copieusement servi" de sa présence annoncée pour refuser de déprogrammer le débat comme le demandaient, écrit-il, des journalistes de France Télévision.

Peillon ajoute ne pouvoir se "prêter à une telle comédie et servir ainsi de caution républicaine à un débat et à des personnalités qui tournent le dos aux valeurs que partage heureusement encore la grande majorité des Français".

"Ainsi les masques tombent, la chaise est vide". "Que M. Besson, Mme Le Pen et Mme Chabot restent entre eux", a conclu Peillon.

« Il est totalement inadmissible qu’un tel spectacle ait lieu sur les antennes du service public qui, comme on le voit déjà dans le cadre de ce débat, servira encore mieux à flatter les mauvais instincts et faire le lit des thèses racistes et xénophobes que soutient depuis toujours le FN » avait estimé dans la journée le SNJ de France Télévisions.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.