Omerta sur la Palestine ? (Enderlin / F2)
Brève

Omerta sur la Palestine ? (Enderlin / F2)

Les grands médias occidentaux ne parleraient que très peu de la colonisation israélienne et de la tension avec les Palestiniens, par crainte d'enflammer les esprits en Europe. C'est l'analyse de Charles Enderlin, correspondant de France 2 à Jérusalem.

Pour des raisons d'économie (moins de couverture de l'actualité à l'étranger) et de politique (risque d'alimenter des réactions anti-juives) les médias occidentaux couvrent peu ou pas l'occupation israélienne de certains territoires palestiniens, et la poussée de la colonisation, estime Enderlin sur son blog.

"Les images de l’occupation israélienne dérangent et les grands médias ne les diffusent plus depuis longtemps. Crise économique oblige, les grandes chaines généralistes occidentales, occupées par la grande bataille de l’audience, ne couvrent plus l’international au quotidien. Et puis, en Europe ces images suscitent des réactions souvent anti-juives au sein de certaines populations et réveillent diverses formes d’antisémitisme. Un phénomène renforcé par l’attitude des institutions communautaires juives, identifiées à la politique israélienne, qu’elles soutiennent sans faille."

Ainsi, il s'établit une sorte d'omerta par prudence, souligne Enderlin en citant un exemple : "Cette montée de l’antisémitisme consolide l’inertie conceptuelle des médias. Un rédacteur en chef d’une grande agence de presse m’a dit, récemment : « Il faut faire attention. La montée de l’antisémitisme est sans précédent et il ne faut pas diffuser d’articles ou de sujets trop négatifs sur Israël ». Résultat : le dossier palestinien a quasiment disparu de la place publique occidentale."

Vu l'échec de toutes les tentatives d'arriver à un accord de paix, et craignant que la crise arrive à un point de non-retour, Enderlin conclut de manière pessimiste en interpellant analystes et éditorialistes : "La probabilité d'un accord est extrêmement faible (...) Inexorablement, ce conflit finira par atteindre son paroxysme et embraser non seulement la région mais aussi des populations musulmanes dans le monde arabe et en Europe. Les dirigeants occidentaux, analystes et éditorialistes devront alors révéler les raisons pour lesquelles ils ont laissé ce conflit glisser vers le point de non retour."

Un élément de plus pour notre dossier Israël-Palestine : le cauchemar asymétrique

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.