Non : ces 61% que les sondages grecs n'ont pas vu venir
enquête

Non : ces 61% que les sondages grecs n'ont pas vu venir

Pires que les sondeurs français ?

Réservé à nos abonné.e.s
Faillite des sondages ou revirement soudain de l’opinion ? Tout au long de la semaine, les sondages sur le référendum qui invitait dimanche les Grecs à se prononcer sur les exigences des créanciers donnaient le oui et le non au coude-à-coude avec une légère avance pour le oui vendredi. Et même une fois les bureaux de vote fermés, les sondages

évoquaient un score très serré. Résultat : le non au référendum grec l’emporte avec plus de 60% des voix. Comment expliquer un tel écart ?

Ce devait être serré. A en croire les sondages publiés par les médias grecs et repris dans la presse européenne, le oui et le non jouaient au yoyo mais restaient au coude-à-coude. Avant même l’annonce du référendum qui devait laisser au peuple grec le soin de choisir ou de refuser les exigences des créanciers, deux sondages assuraient que les Grecs étaient favorables à un accord avec la Troïka : le premier, réalisé par Kapa research pour le maga...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.