Mélenchon, sa légitimité électorale et Cuba
Brève Vidéo

Mélenchon, sa légitimité électorale et Cuba

On a changé d'année, mais pas de Mélenchon. Hier, le leader du Parti de Gauche était invité le matin sur France Inter et le soir sur Europe 1. Une fois de plus, ses interviews ne sont pas passées inaperçues : face à Nicolas Demorand, Mélenchon a littéralement explosé quand le journaliste a osé affirmer (à tort) qu'il n'avait pas été élu directement par le peuple. On ne plaisante pas avec la légitimité électorale... Quoique. Le matin même, sur un tout autre sujet, Mélenchon avait refusé de qualifier le régime de Cuba de dictature.

C'est à la fin de l'entretien de dix minutes que la discussion entre Mélenchon et Demorand s'est envenimée, le journaliste ayant eu la mauvaise idée de titiller Mélenchon sur sa légitimité électorale...

Sur ce coup-là, Mélenchon a raison picto

Certes, l'ancien socialiste a fait l'essentiel de sa carrière au Sénat (après avoir été élu au suffrage universel indirect donc) mais il est faux de dire qu'il n'a pas été élu directement par le peuple : il a été conseiller général de l'Essonne pendant une dizaine d'années (les cantonales sont des élections au suffrage universel direct) et en 2010, il a été élu député européen dans une élection qui, bien qu'étant un scrutin de liste, n'en reste pas moins une élection au suffrage universel direct.

 

Cuba : "pas une dictature"

Autre lieu, autre sujet. Le matin, sur France Inter, dans un climat plus apaisé, Mélenchon a défendu une curieuse conception de la légitimité électorale en affirmant que le régime de Cuba n'était pas une dictature, sans toutefois être une démocratie

picto Ecoutez sa démonstration

Ses propos interviennent quelques semaines après que Jean Quatremer, le correspondant de Libération à Bruxelles, ait raconté que Mélenchon avait quitté l'hémicyle de Strasbourg au moment de la remise du prix Sakharov (qui récompense les défenseurs des droits de l’homme) à un journaliste cubain. Par ce geste, Mélenchon entendait protester contre ce qu'il considère comme "une pure opération de propagande" de la droite et des sociaux-démocrates, qui ont tendance à stigmatiser en permanence les régimes communistes d'Amérique latine.

C'était le 29ème épisode de notre feuilleton : "Mélenchon, le trublion"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Face à Capital et L'Express, Mélenchon joue le "désamorçage préventif"

... et invente la publication des questions des journalistes en amont de deux enquêtes

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.