Police contre féministes : pourquoi ce retard des médias ?
article

Police contre féministes : pourquoi ce retard des médias ?

Réservé à nos abonné.e.s
Les médias ont tardé à rendre compte de la marche féministe nocturne du 7 mars, et de la répression policière qui a suivi. L'organisation atypique de l'événement et le choix de ne pas prévenir les médias traditionnels expliquent en partie le retard à l'allumage.

Au petit matin du dimanche 8 mars, Twitter bruisse de la colère de militants et militantes face à la faible couverture médiatique des violences policières lors de la marche féministe organisée la veille au soir à Paris (des manifestations se sont aussi déroulées dans d’autres villes, ndlr). Le journaliste de France Info Matteu Maestracci tente, sur Twitter, une explication : "Il n'y pas eu de dépêche AFP sur le sujet, ce qui pour encore beaucoup de médias en 2020 est un peu comme si ça n'avait pas existé." Ce matin-là, seuls le Huffington Post et l’Obs publient des articles, l'Obs ayant repéré les événements via des comptes Twitter féministes. La dépêche AFP, finalement diffusée en milieu de matinée, confirme l'analyse de Maestrac...

Il vous reste 82% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.