Marchand face à Pietraszewski : "Je ne suis pas un porte-micro"
article

Marchand face à Pietraszewski : "Je ne suis pas un porte-micro"

Offert par le vote des abonné.e.s
Elle est surprise que son interview du ministre Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé de la réforme des retraite, soit devenue virale. Véronique Marchand, journaliste à France 3 Régions et secrétaire générale de la SNJ-CGT, se dit effarée par les chaînes de télé qui se placent "du côté du manche, de l'élite". Entretien.

"On n'a pas beaucoup le temps monsieur Pietraszewski, alors on ne va pas tourner autour du pot, on laisse les éléments de langage de côté et on le dit très clairement : le projet a pour but de faire travailler les Français plus longtemps". Nous sommes au tout début de son émission Dimanche en politique diffusée sur France 3 Hauts-de-France, et la journaliste Véronique Marchand fait bien plus que planter le décor de son magazine hebdomadaire. Ce ton pugnace, c'est celui qu'elle emploiera tout au long de son interview de Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé de la réforme des retraites invité, ce jour-là, à débattre avec Adrien Quatennens, député du Nord et coordinateur national de La France Insoumise. 

"c'est moins d'argent pour les vieux ? "

Et la séquence n'a pas échappé à un internaute, militant LFI, qui a publié un montage des questions les plus pugnaces de la présentatrice en direction du ministre. Florilège : "Pourquoi votre majorité ne veut pas entendre qu’une grande majorité des citoyens que vous représentez ne veut pas travailler plus longtemps ?" ; "Qu'on comprenne bien : vous vous voulez diminuer la part du financement des retraites dans la richesse nationale, donc moins d'argent pour les vieux ?" Elle poursuit en rappelant que l'espérance de vie des Français - en bonne santé- atteint grosso modo 63 ans. Vouloir faire travailler les Français plus longtemps, c'est une forme de "maltraitance institutionnelle", pose-t-elle face à Pietraszewski. Publiée ce dimanche par un internaute ayant peu d'abonnés (2000 environ), la vidéo a atteint  plus de 2000 retweets. Elle a ensuite été relayée par des gros comptes, amplifiant ainsi sa viralité sur Twitter.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.