L'opaque marché des données des cartes grises
enquête

L'opaque marché des données des cartes grises

Comment un (faux) scoop révèle une pratique persistante

Réservé à nos abonné.e.s
"L'Etat peut vendre les fichiers personnels de carte grise". C'est le titre d'une enquête du Parisien, publiée mardi 14 décembre. On apprend ainsi qu'un amendement, déposé par le sénateur UMP Gérard Longuet, a été voté "discrètement il y a quelques mois" pour que l'Etat puisse vendre les données des cartes grises à des opérateurs privés au premier rang desquels les constructeurs automobiles français.

But de la manœuvre ? Commercialiser des données qui constituent une véritable mine d'or pour les campagnes de marketing notamment de Renault et Peugeot (et leur donnent un avantage certain sur la concurrence étrangère).

Suite à l'enquête du Parisien, Gérard Longuet a réagi dans un communiqué, repris par l'AFP. Pour l'agence de presse, cela ne fait aucun doute : le sénateur a précisé que cet amendement "excluait les informations nominatives". Pas de panique donc, l'Etat ne communiquerait pas de données nominatives aux constructeurs automobiles. Sauf que l'AFP se trompe. Et l'enquête du Parisien est légèreme...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Record de vitesse : les youtubeurs avaient raison

Et les journalistes spécialisés ont du mal à l'admettre

Dis, Havas, dessine-moi un plan com' (à 191 000 €)

Plongée dans les méthodes de l'agence pour manipuler les médias

"Emmerder" : les journalistes du "Parisien" racontent le service après-vente

"Pendant 24 heures, c'est comme s’il n'y avait eu plus que cela dans l'actu"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.