L'innovation : une idée lumineuse !
Brève

L'innovation : une idée lumineuse !

Dans le supplément Éco&Entreprise du Monde de ce jour, une réclame innovante et lumineuse pour la société Alten :


Mettez votre talent au coeur de…, nous dit cette publicité dans laquelle un gars termine la phrase en écrivant l'innovation avec de la lumière. Et tout au bas de l'image, Stimulating Innovation. Parce qu'en langage grand-breton, c'est encore plus innovant.

Quoique. Lorsqu'une innovation a quasiment cent trente ans, est-encore une innovation ? Les toutes premières photos associant mouvements humains et lumière datent en effet de… 1886 ! C'est à cette époque que Jules-Étienne Marey, pionnier de la chronophotographie (voir cette précédente chronique), colle des bandes et des points réfléchissants sur un homme vêtu d'une combinaison noire. Marchant ou courant, ce dernier est photographié à de multiples reprises grâce au fusil photographique de Marey. Les points et les traits lumineux s'impriment alors sur l'épreuve, unique :


Nous sommes loin de l'image publicitaire pour Alten, certes. Mais en 1889, Georges Demeny et Édouard Quénu, assistants de Marey, réalisent cette photo nous montrant une « marche pathologique vue de face, rendue visible grâce à des bulbes incandescents fixés aux articulations » :


L'invention sera reprise, tant et plus. En 1914, Frank et Lilian Gilbreth étudient pour la Society for the Advancement of Management de Chicago les mouvements de travailleurs en usine ou d'employés de bureau afin de les rendre plus performants, car il ne sert à rien de gaspiller de la force de travail si utile au patron. De petites lumières sont fixées sur leurs mains et voici le résultat :


Mais c'est en 1937 que la light painting - comme on l'appellera plus tard - est pour la première fois employée à des fins artistiques par le dénommé Man Ray qui est son propre patron et qui gaspille sa force de travail comme il l'entend, c'est ça les artistes :

Space Writing par Man Ray, 1937

Man With a Moving Light par Man Ray, 1937


Dans les années 30 toujours, Gjon Mili étudie grâce à la lumière les mouvements des danseurs, des musiciens et des patineuses sur glace :

La patineuse Carol Lynne


En 1949, il prête son stylo lumineux à Picasso qui joue avec dans son salon et est incapable d'écrire le mot innovation :



D'autres suivront, ils seront des légions à dessiner avec la lumière. On peut trouver une belle brochette d'artistes contemporains utilisant ce médium sur le site Light Painting Photography et c'est souvent joli, plus joli que la réclame Alten innovante il y a cent trente ans.

 

L'occasion de lire ma chronique intitulée La beauté du geste.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.