Les montres connectées, outils de fraude au bac
Brève

Les montres connectées, outils de fraude au bac

La Maison des Examens a envoyé il y a deux jours, aux établissements faisant passer les épreuves du baccalauréat, un fax les prévenant que certain élèves pouvaient être munis de « montres connectées, appareils susceptibles d'être utilisés de manière frauduleuse ». Damnaide !

Le fax, envoyé plus précisément par le directeur du SIEC (Service Interacadémique des Examens et Concours) qui gère tous les examens et concours sur les académies de Paris, Créteil et Versailles, est arrivé mardi matin vers 8h27 dans les établissements scolaires faisant office de centre d'examen du baccalauréat. Il informait les chefs de centre que lesdites tocantes étaient « interdites pendant les épreuves au même titre que les téléphones portables et autres smartphones ».


En outre, « les convocations adressées par le SIEC aux candidats du baccalauréat précisent que ceux-ci doivent se munir d'une "montre non connectée pour toute épreuve, l'usage du téléphone portable étant interdit" ».

Voilà qui a le mérite d'être clair. Mais pour plus de précision parce que deux précautions valent mieux qu'une, le directeur du SIEC a joint à son fax les reproductions de « quelques modèles de montres connectées actuellement sur le marché : »


Et là c'est le drame.
Comment voulez-vous que les enseignants chargés de surveiller les épreuves du bac puissent identifier, sur un fax (pourquoi pas une pierre taillée ?), ces montres connectées ?

Regardons de plus près à quoi ressemblent ces fameuses pendulettes reliées à l'internet mondial électronique :


Si certaines d'entre elles ont l'air d'ordinateurs de l'espace, d'autres ont un aspect plus banal (attention ! sur la 3e il est écrit Bluetooth !) :


Dès lors, comment les repérer avec certitude ? Comment repérer également les stylos connectés ? Les taille-crayons connectés ? Les gommes connectées ? Les chaussures connectées ?

 

On attend, dans les centres d'examen, un fax complémentaire.


L'occasion de lire ma chronique intitulée Des blogueurs démasquent un bidonnage dans une pub Nokia.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.