Léonarda : la contre-offensive des grandes personnes
Brève

Léonarda : la contre-offensive des grandes personnes

"Jusqu'à quand allez-vous être le prisonnier de pyromanes, de maîtres-chanteurs ?" Elles sont toujours savoureuses, les questions d'Elkabbach.

Ce matin, c'est Michel Sapin, ministre du Travail, qu'il interpelle ainsi. Et les pyromanes et les maîtres-chanteurs, ce sont les éternels nuisibles, Placé ou Mélenchon, qui ont osé critiquer la gestion hollandienne du cas de Léonarda Dibrani. Demain, Elkabbach recevra à son micro les pyromanes et maîtres-chanteurs qu'il dézingue aujourd'hui. Ainsi vont les matins radiophoniques.

Sous la mitraille, Sapin reste placide. Des pyromanes ? Mais non. Des gamins, tout au plus. Placé incite les lycéens à manifester pour le retour de la famille Dibrani ? "Enfantillage", répond le ministre. "J'ai toujours cru qu'une fois élu sénateur on atteignait sagesse et responsabilité" soupire son collègue de l'Agriculture Stéphane Le Foll sur RTL. Sur France Inter, c'est le patron des députés socialistes, Bruno Le Roux, qui porte la bonne parole parentale (le même Le Roux qui, la veille, vient de décider que les assistants parlementaires ne participeront plus aux réunions des députés socialistes. C'est vrai, laissons donc les grandes personnes décider entre elles des choses sérieuses).  

Au passage, Patrick Cohen vend la mèche : on a dîné autour de Hollande, hier soir, à l'Elysée, pour caler justement les fameux "élements de langage" qui se déploient ce matin. On a dîné entre "Hollandais historiques". Car il en va du dignitaire socialiste comme du boeuf canadien : il y en a deux catégories. Les socialistes normaux, standard, et les Hollandais "historiques", catégorie supérieure. Et l'on comprend donc que ce matin, c'est la garde rapprochée, le dernier carré, les fidèles des fidèles, qui sont de sortie sur trois radios du matin, directement dépêchés par le Chateau, pour dégainer leurs éléments de langage, dont le principal est donc celui-ci : quels gamins, ces écolos, avec leur défense de Léonarda ! Renvoyons-les à leur chambre, et parlons de choses sérieuses. On jugera comme on voudra cette entreprise d'infantilisation de la contestation. Ne restent, de ce déploiement de grandes personnes, que les questions habituelles : chacun s'est-il invité séparément chez Aphatie-Elkabbach-Cohen, ou bien les réservations ont-elles été centralisées au Chateau ? Qui sont les invités qui ont été décommandés au dernier moment ? Questions certes futiles, mais après tout, le matinaute n'est pas sénateur.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.