Le "tribalisme" en Guinée : la loupe et les pincettes
enquête

Le "tribalisme" en Guinée : la loupe et les pincettes

Rivalités ethniques : éternité d'un tropisme journalistique

Réservé à nos abonné.e.s
L'Afrique victime de ses "rivalités ethniques ancestrales" : l'explication a refait surface à l'occasion de l'élection présidentielle en Guinée et des violences qui l'ont suivie. Mais les pratiques journalistiques varient. Si certains médias choisissent de braquer leur loupe sur les explications ethniques, d'autres les prennent avec des pincettes.

La lecture ethnique de la vie politique africaine faisait d'ailleurs déjà débat dans la presse des années 1980.

Illustration de l'expédition en Guinée d'un chevalier français, 1725

Illustration de l'expédition en Guinée du chevalier Des Marchais, 1725 (fonds numérique de la BNF)

 

A l'échelle de la vie politique guinéenne, le mois de juin 2010 paraît déjà loin. C'était le temps du "premier scrutin libre et démocratique en Guinée depuis 1958" (Reuters, 28 juin 2010), l'époque où les observateurs des commissions électorales s'accordaient sur l'atmosphère "paisible" (Le Monde, 29 juin 2010) et la "joie de voter" des Guinéens (AFP, 28 juin 2010), o&ugrav...

Il vous reste 97% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.