Le nouveau Grand journal, toujours fâché avec les livres
article

Le nouveau Grand journal, toujours fâché avec les livres

Et des accusations de plagiat, un invité décommandé, un doublon avec le petit journal...

Réservé à nos abonné.e.s
Un carton d'audience et une pluie de critiques. Tel est le bilan de la première du Grand journal version de Caunes. Du Monde à L'Express en passant par Telerama ou Rue89, tous ont un avis tranché sur le programme. Avec des débats de haute volée : "De Caunes était-il trop stressé ?" s'interroge Le HuffingtonPost. Deux polémiques ont alimenté ce buzz permanent : une pastille humoristique accusée de plagiat et l'annulation de la venue de Cohn-Bendit sur consigne de Valls. Et dans ce flux continu de scoop, une constante au Grand journal : l'impossibilité de caser la chronique littéraire. Celle d'Augustin Trapenard a été trappée. A l'antenne, de Caunes a sobrement évoqué "des problèmes de conducteur".

Une table plus petite, des spectateurs rapprochés et un animateur-lecteur de prompteur. Voilà comment on pourrait résumer la nouvelle mouture du grand journal. Avec une constante par rapport à l'ancienne version : l'impossibilité de caser la chronique littéraire.

Si Antoine de Caunes a bien présenté le chroniqueur littéraire Augustin Trapenard, ce dernier est resté muet une bonne partie de l'émission. A l'antenne, de Caunes évoque "des petits problèmes de conducteur" et invite Trapenard à ...offrir les livres à Valls. Ce n'est qu'en deuxième partie que le chroniqueur littéraire a tant bien que mal essayé de prend...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.