Le "Nanard show" : un numéro qui ne date pas d'hier
article Vidéo

Le "Nanard show" : un numéro qui ne date pas d'hier

[Archive 2019]

Face aux questions, il s'offusque, exulte, gesticule. Fait mine de s'en aller. Il se lève, revient, se rassoit. À deux jours d'intervalle, Bernard Tapie a montré qu'il n'avait rien perdu de son goût pour l'esclandre médiatique. Interrogé le 3 mars chez BFMTV sur la dernière révélation du Monde le concernant, l'homme d'affaires feint de quitter le plateau : hors de question pour lui de commenter le témoignage de son ex-conseiller parlementaire Marc Fratani relatant comment il se serait arrangé avec le FN lors des législatives de 1993. Le lendemain sur Europe 1, rebelote. Cette fois, Tapie claque la porte du studio pour de vrai. 

Ces petits numéros de plateau sont un "grand classique tapiesque en vérité", rappelait ce lundi Daniel Schneidermann dans sa chronique.  C'est que l'homme d'affaires et bête de scène médiatique n'aime rien moins que de répondre aux questions des journalistes sur ses affaires... judiciaires. Déjà en 2006, Tapie faisait mine de quitter le plateau d'On n'est pas couché avec fracas... avant de revenir quelques minutes plus tard. En mai 2014, sur le plateau d'Europe 1, s'offusquant toujours des questions sur ses déboires judiciaires, il quittait, puis revenait, puis re-quittait le plateau de la matinale de Thomas Sotto. Le numéro est bien rodé, le buzz assuré. Et cela ne date pas d'hier. Petit rappel.

Partager cet article Commenter
Tapie : deux départs clash

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.