Le 17 octobre 1961 vu par la presse en 2011
Brève

Le 17 octobre 1961 vu par la presse en 2011

La presse française s'empare aujourd'hui du 17 octobre 1961, à l'occasion du cinquantième "anniversaire" de cette manifestation d'Algériens, durement réprimée par la police parisienne. Mais comment aborder cet épisode sanglant alors qu'une omerta officielle, à la fois nationale et médiatique, a pesé pendant des décennies sur cette tragique répression ? Petite revue de presse.

Comme souvent, ce sont les images et les documents d'époque qui racontent le mieux la brutalité des faits. Ouvertes depuis 1997, les archives ont longtemps été ignorées. En ce cinquantième "anniversaire", Lemonde.fr publie donc des photos inédites. C'est l'occasion aussi pour le journal de dresser une chronologie de la "bataille de Paris" en ressortant ses propres archives. Même parti pris pour Témoignage chrétien, qui publie l'édito du 27 octobre 1961 dans lequel Hervé Bourges "s'insurge contre la tartufferie des médias, du gouvernement, de l'opposition, des Parisiens". Une opinion qui ne semblait pas partagée par les médias les plus "grand public" de l'époque, à en croire la revue de presse d'époque faite par Acrimed ...

Deux journaux, deux Unes...et deux façons de voir les évènements

Deuxième approche : les témoignages. Dans son édition papier, Témoignage chrétien publie un dossier de 6 pages dans lequel l'on peut trouver une interview de Amar Nanouche, témoin des évènements. Et c'est le récit de Said Bouzerzour que l'on peut lire sur le blog invité du Figaro, "Visa pour l'Algérie". Letélégramme.com, quant à lui, salue l'ancien policier Paul Rousseau, qui avait publiquement dénoncé les actes du préfet Maurice Papon.

A ceux qui ont fait l'Histoire s'ajoutent bien sûr ceux qui la commentent. LePoint.fr publie donc un entretien avec l'historien Benjamin Stora et Lemonde.fr s'entretient avec l'historien Gilles Manceron, auteur de La Triple Occultation d'un massacre.

Mais malgré les avancées de la recherche historique sur le sujet, de nombreux journaux notent que la version officielle du massacre reste celle de Papon (France Soir, L'Express). D'ailleurs, les élus ne sont pas encore tous prêts à commémorer l'évènement. Rue89 publiait dès le 29 septembre dernier une tribune sur le "déni de mémoire du gouvernement" et consacrait un article le 15 octobre au refus du maire de Neuilly de se joindre aux commémorations organisées.

Alors comment sortir de l'oubli cet évènement majeur de la récente histoire de France ? Sur ce point, Mediapart a lancé un appel avec l'association "Au nom de la mémoire", pour la reconnaissance officielle de la tragédie du 17 octobre 1961. La presse titrait d'ailleurs sur les différentes manifestations qui ont eu lieu aujourd'hui : l'hommage de Hollande mais aussi les manisfestations populaires pour la reconnaissance du crime d'Etat.

Enfin, l'approche artistique qui a intéressé d'autres médias. Libération.fr consacrait un long article au film de Yasmina Adi, Ici on noie les Algériens, Rue89 présentait Octobre noir, le film d'animation produit par La Fabrique, et @si recensait les différentes initiatives artistiques autour de l'évènement.

(par Noëmie Le Goff)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.