Lauvergeon propulsée à Libé : premiers communiqués rassurants
enquête

Lauvergeon propulsée à Libé : premiers communiqués rassurants

Impact limité à prévoir, malgré appel au boycott

Réservé à nos abonné.e.s
Aussi rapide qu'un neutron percutant un noyau, Anne Lauvergeon, ancienne présidente d'Areva, doit prendre prochainement la présidence du conseil de surveillance de Libération. Elle "n'aura aucune influence sur la ligne rédactionnelle du journal" a aussitôt déclaré le directeur de la rédaction, Nicolas Demorand. Dommage, car l'ex-patronne d'Areva serait sûrement de bon conseil : à la tête du "leader de l'énergie nucléaire", elle prônait systématiquement la transparence et le débat. Un discours bien rôdé qui masquait le verrouillage subtil de l'information du groupe, comme nous l'avions évoqué dans une de nos émissions.

Après Fukushima, et alors que progresse l'idée de la sortie du nucléaire, l'arrivée de Lauvergeon a donc de quoi surprendre. L'ex-journal d'extrême-gauche, qui ne se signale plus depuis longtemps par un militantisme anti-nucléaire particulièrement virulent, n'en subira sans doute pas d'inflexion particulière. Ce qui n'empêche pas les dégâts d'image !
Demorand, collector
25
25 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Lauvergeon propulsée à Libé : premiers communiqués rassurants

Aussi rapide qu'un neutron percutant un noyau, Anne Lauvergeon, ancienne présidente d'Areva, doit prendre prochainement la présidence du conseil de surveillance de Libération. Elle "n'aura aucune influence sur la ligne rédactionnelle du journal" a aussitôt déclaré le directeur de la rédaction, Nicolas Demorand. Dommage, car l'ex-patronne d'Areva serait sûrement de bon conseil : à la tête du "leader de l'énergie nucléaire", elle prônait systématiquement la transparence et le débat. Un discours bien rôdé qui masquait le verrouillage subtil de l'information du groupe, comme nous l'avions évoqué dans une de nos émissions.

Après Fukushima, et alors que progresse l'idée de la sortie du nucléaire, l'arrivée de Lauvergeon a donc de quoi surprendre. L'ex-journal d'extrême-gauche, qui ne se signale plus depuis longtemps par un militantisme anti-nucléaire particulièrement virulent, n'en subira sans doute pas d'inflexion particulière. Ce qui n'empêche pas les dégâts d'image !

Derniers commentaires

Lauvergeon vient à Libé pour n'avoir aucune influence, alors que vient elle y faire ? Personne n'est venu à Libé pour changer les choses depuis 30 ans, mais il suffit pourtant de le lire pour voir que tout a changé.
On connait la chanson avec ceux qui viennent pour ne rien changer ! Dans tous les domaines.
On peut s'interroger peut-être sur le positionnement de Libération sur le nucléaire. En tout cas, il n'y a aucune hésitation sur le positionnement de Sébastien ROCHAT et plus généralement d'@SI sur ce sujet.
La cécité de nos élites sur le nucléaire m'interpelle depuis que j'ai eu 15 ans, à Fessenheim, à Plogoff déjà, on les regardait ceux qui aiment jouer avec le feu, qui aiment un système d'énergie qui se conjugue avec état policier.

Que les ingénieurs dont c'est le gagne-pain, les sous-traitants de la filière et leurs patrons, soutiennent le nucléaire, je le comprends, mais que l'Etat, les politiques n'aient rien fait pour lancer des programmes alternatifs de recherche sur d'autres énergies, ça me scotche,

je ne peux tout de même pas imaginer que tous ces gens ont eu la patte graissée, alors qu'est-ce qui se passe dans le cerveau d'un homme pour qu'il promeuve un système dangereux, qui oblige à une surveillance sans faille, donc à des dépenses de sécurité doublées d'investissements technologiques très importants, un système qu'on recycle très lentement, je veux dire, quels sont les arguments (à part économiques pour la balance commerciale) pour qu'il marche dans la combine sans même chercher d'autres solutions ?

http://anthropia.blogg.org
Très belle montre POIRAY

Enfin pas aussi belle que celle de ma précieuse moitié :

ici par exemple ou là

Elle va présider le conseil de surveillance de Libé ? Génial : trois jour de travail par an en échange de plein de pognon... Elle va pouvoir échanger sa montre en acier contre la même en or, histoire de faire jeu égal avec ma femme...
"négationnisme scientifique", rien que ça.
J'imagine que le monsieur a tout plein d'arguments archi-solides, et pas seulement "Huet n'est pas d'accord avec mes affirmations, c'est un méchant ; Hualat va dans mon sens, c'est une bonne"...

D'ailleurs, j'invite tout le monde à aller lire l'article d'Huet cité dans l'article, sur le documentaire d'Arte. Il me semble clair et renvoie dos à dos les discours militants des 2 cotés. Vive le négationnisme scientifique !
le plus délirant, c'est que demorand reste alors qu'il a été désavoué par sa rédaction à 78%...

lauvergeon dans le rôle du fumigène nucléaire?
Moi ce qui m'inquiète, ce n'est pas la relation de Lauvergeon avec le nucléaire pendant 10 ans. Les grands patrons peuvent changer de grande société comme de chemise et ils sont sûrement tenus (et habitués) à une certaine distance avec leurs anciennes sociétés (mais sans nier tout conflit d'intérêt avec tous ces conseils d'administrations en vase clos).
Quel sera le rôle de Lauvergeon? Gérer les affaires financières du groupe. Et c'est ici que je m'inquiète. Certes, je me base sur une vidéo de France Inter, mais la relation très détendue entre Demorand et Lauvergeon (qui semble bien s'être mis Demorand dans la poche) me semble dire: attention, il y a de fortes chances pour que les intérêts financiers de Libé soient encore plus prioritaires aux yeux des actionnaires que le contenu du journal et la liberté d'expression de ses journalistes. Ce n'est pas nouveau, la presse quotidienne est dans la m…!
Reste une question qu'@si n'a pas traitée: qui a vraiment proposé le nom de Lauvergeon pour Libé? Demorand ou Rotschild? Si c'est Rotschild, c'est sûrement de petits arrangements entre amis accompagnés de renvois d'ascenseur éventuels. Si c'est Demorand, la mérite de creuser la question et surtout les réponses. Quel est donc l'intérêt du journal d'avoir Lauvergeon à ce poste, et pas un-e autre? Peut-être la charité d'engager une toute nouvelle chômeuse…
Observer que les deux articles consacrés à l'entrée de SAR Anne Lauvergeon dans Libé ne sont pas ouverts au commentaires, dont le "A nos lecteurs" de Demorand. CQFD, non ?

D'ailleurs, sur libe.fr, de moins en moins d’articles sont ouverts aux commentaires. Traductions possibles : a/ on n'a plus de thunes pour payer une vraie modo, b/ votre avis on s'en tamponne le coquillard.
Petite précision, qui mérite à mon sens une rectification : Stéphane Lhomme ne milite pas du tout à Europe écologie. Il a été candidat à la primaire d'Europe écologie en faisant valoir que si Hulot pouvait être candidat à Europe écologie sans être adhérent, alors lui aussi pouvait l'être. Il suffisait d'avoir le nombre de parrainages nécessaires pour être candidat. Son seul but était de faire battre Hulot, pour les raisons que l'on sait.
Aujourd'hui Stéphane est militant associatif, il préside l'Observatoire du nucléaire et Tchernoblaye. D'ailleurs pour lui, et c'était déjà le cas lorsqu'il était porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, ses engagements associatifs sont incompatibles avec des responsabilités politiques.
Libération compte encore quelques "plumes" de bonne qualité, mais elles n'ont aucun autre pouvoir que de donner encore un peu de piment à un ensemble de plus en plus tiédasse. Et la tête (patrons et éditorialistes).... poufpouf...

J'ai été abonné pendant des années; je me suis barré avec l'arrivée de Rotschild et la perte d'indépendance des journalistes.

Je n'en ai aucun regret.

La devise de Libé c'est "Quo non descendam ?" L'inverse de celle ambitieuse, d'un autre Nicolas : Fouquet.

PS Demorand à la tête de Libé, c'est aussi comique que Val à celle d'Inter.

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.