L'Association des journalistes de Défense en quête de déontologie
article

L'Association des journalistes de Défense en quête de déontologie

La trop grande proximité avec l'Armée en question

Réservé à nos abonné.e.s
À l'occasion du renouvellement de son bureau, de vifs débats ont traversé l'Association des journalistes de Défense (AJD). Ses membres se sont déchirés au sujet de l'adhésion sans carte de presse, et se sont demandé si l'on peut à la fois être journaliste de défense, et réserviste dans l'armée...

Quand on pense aux journalistes accrédités auprès de l'Armée, on pense discipline, sérieux, et échanges feutrés avec la Grande muette. Moins à des frondes collectives et à des altercations sur Whatsapp. C'est pourtant ce qui s'est passé à l'occasion du renouvellement du bureau de l'Association des journalistes de Défense (AJD) et de l'élection de sa présidence, mi-octobre. L'association professionnelle, fondée en 1979, dont l'activité avait baissé ces dernières années, s'était au printemps dernier rappelée au souvenir de ses membres en protestant contre les dérives de la communication de l'Armée et ses tentatives de contrôle de leur travail, aggravées par la crise du Covid-19 (nous vous en parlions ici). Cette fois, les débats sont restés i...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Rubriques éducation : gare aux "partenariats"

L'Obs et l'AEF ont-ils franchi la ligne jaune ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.