La Tunisie, folle machine à transgressions
article

La Tunisie, folle machine à transgressions

La Ferrari et le léopard, par Aymen Gharbi

Réservé à nos abonné.e.s
La Tunisie aujourd’hui est devenue une machine produisant des transgressions perpétuelles dont la représentation remplace les conventions tristes du vieux régime par un foisonnement d’images spectaculaires. Ces images étonnent non seulement les pays voisins mais aussi les Tunisiens eux-mêmes, si timides pendant 23 ans.

Il faut dire que les gens n’en finissent plus de transgresser les vieux codes, toujours avec plus d’audace, parce qu’ils savent bien que le monde entier les regarde. Ils n’hésitent pas à faire le spectacle, celui d’un peuple libéré qui tâtonne pour fabriquer son propre changement, au risque de brouiller les repères; Le vrai changement et non pas celui que l’ancien régime leur a fourgué en baptisant le 7 novembre 1987, date d’accès de Ben Ali au pouvoir, «l’ère du changement béni». Ces transgressions substituent donc aux vieilles rengaines ressassées des faits inédits. Dans les images de la Tun...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

L'incertaine équipée de BHL en Tunisie

Invité par le président ? Une rencontre avec les islamistes ? L'écrivain activiste dénonce "un vent de folie"

36 rue Botzaris, l'adresse de tous les fantasmes tunisiens

Occupants expulsés, mystérieuses archives, et mobilisation sur twitter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.