La "malédiction" qui poursuit Gilliam et fascine les médias
article

La "malédiction" qui poursuit Gilliam et fascine les médias

"L'homme qui tua Don Quichotte", l'histoire sans fin ?

Réservé à nos abonné.e.s
C'est une saga qui n'en finit jamais. La justice a autorisé ce 9 mai la projection du film de Terry Gilliam "L'homme qui tua Don Quichotte" au festival de Cannes. Déboutant ainsi un producteur, Paulo Branco, qui estime, contre l'avis du réalisateur, des producteurs et du distributeur français, détenir les droits de ce film. L'énième épisode judiciaire dans cette histoire qui n'en finit pas de fasciner les médias, accros à la "malédiction" du "Don Quichotte".

Soulagement : "On va enfin voir le «Don Quichotte» de Terry Gilliam", titre Le Parisien ce mercredi 9 mai 2018. Enfin ? Oui, "enfin", reprend Franceinfo. Ce 9 mai, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a en effet autorisé la projection du film L'homme qui tua Don Quichotte, réalisé par Terry Gilliam, en clôture du festival du Cannes, où il sera projeté hors compétition. Le producteur portugais Paulo Branco avait demandé en référé le 15 avril que le film ne soit pas projeté, arguant qu'il en était le producteur, et que cette projection s'était décidée sans son accord.

Le film de Gilliam est au cœur de multiples procès depuis désormais deux ans, alors qu'il est censé sortir en salles le 19 mai prochain, jour de sa projection à Cannes.&...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.