"Islam sans gêne" : concours de couves pour Le Point
Brève

"Islam sans gêne" : concours de couves pour Le Point

La fameuse une du Point de cette semaine, "Cet islam sans gêne", n'en finit pas d'être brocardée sur les réseaux sociaux. Avec son titre accrocheur, elle est l'objet de multiples pastiches et détournements.

En dehors des francs-maçons et des hôpitaux, à quoi pourrait bien ressembler la prochaine couverture marronier de l'hebdomadaire? Le compte twitter @humourdedroite, grand adepte des parodies politiques, s'est emparé du sujet et offre un florilège de détournements dans la lignée de la couverture de cette semaine . A commencer par des répliques en miroir qui mettent en scène le judaïsme et le catholicisme et leurs clichés les plus grossiers, jugez donc :

nouveau media
nouveau media

Viennent ensuite deux autres catégories sujettes à stigmatisation et discrimination, que le compte satirique se plaît à imaginer, un jour, à la une du Point : les "pédés", illustrés par la photo du "baiser de Marseille", ou encore les "nègres". La logique poussée jusqu'au bout verse dans l'abject.

nouveau media
nouveau media

nouveau media



Climax de leurs parodies, @humourdedroite ridiculise complètement Le point et sa couv' en basculant dans l'absurde avec un jeu de mots grinçant : "ces myopathes sans gênes".


pictoQuand le détournement lorgne du côté de l'absurde, les... myopathes sont attaqués

Après la sortie du Point, la toile s'est enflammée (Twitter en tête) et nombreux sont ceux qui ont retweeté ces touches d'humour en forme d'exutoire.

Attention tout de même à ne pas se méprendre. Même si vous reconnaissez quelques clichés un peu grossiers, certaines unes sont des oeuvres originales du Point...

 

...la (vraie) une du Point de la semaine dernière "La France des enfants gâtés" : non ce n'était pas un pastichepicto

nouveau media


nouveau media

 

Pour rappel, la photo de la (vraie) une de cette semaine a été prise lors d'une manifestation d'une dizaine de personnes seulement à Lille le 22 septembre dernier,comme nous l'expliquions hier.

pictoLa version originale, qui a déclenché un florilège de parodies


(Céline Maguet)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.