Ingérence russe dans la campagne US : Facebook, Twitter et Google face aux sénateurs
article

Ingérence russe dans la campagne US : Facebook, Twitter et Google face aux sénateurs

Enfin des exemples de publications sponsorisées par des comptes russes

Réservé à nos abonné.e.s
Satan et Jésus faisant un bras de fer, Satan déclarant "si je gagne, Clinton gagne". On sait enfin à quoi ressemblent certaines des publications diffusées sur Facebook, Twitter et Google lors de la campagne présidentielle américaine par des comptes russes. Les trois géants américains étaient convoqués cette semaine devant le Sénat américain pour répondre de leur absence de réaction face à la tentative d'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle, en faveur de Donald Trump. Des auditions tendues, pour des conclusions mitigées.

Ce n'était pas une bonne semaine pour être un représentant de Facebook. La compagnie était appelée mardi 31 octobre et mercredi 1er novembre devant plusieurs comités du Sénat américain, aux côtés de Twitter et Google, pour répondre aux reproches d'instrumentalisation de leurs réseaux par des parties russes pendant la campagne américaine qui a vu élire Donald Trump. Ces parties russes auraient ainsi appelé à voter pour le candidat républicain via des publicités ciblées sur Facebook. Les auditions, tendues, ont surtout été marquées par les reproches et inquiétudes des sénateurs ...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.