Inès Léraud et l'industrie agro-alimentaire : 2-0
article

Inès Léraud et l'industrie agro-alimentaire : 2-0

Deuxième retrait de plainte en faveur des enquêtes de la journaliste

Offert par le vote des abonné.e.s
Inès Léraud se destinait à la philosophie et au cinéma ; elle est journaliste d'investigation et, depuis 12 ans, elle enquête en Bretagne sur l’industrie agro-alimentaire et ses dérives. En 2019, elle publiait une bande dessinée, vendue à 92 000 exemplaires, "Algues vertes, l’histoire interdite". La même année, pour Bastamag, paraissait son enquête sur le groupe breton de Jean Chéritel, spécialisé dans les fruits et légumes. Attaquée en diffamation par l’industriel, son procès devait avoir lieu le 28 janvier 2021. Vendredi dernier, le 22 janvier, la plainte a été retirée, annulant son procès. Pour ASI, la journaliste revient sur les pratiques d'intimidation des industries sur lesquelles elle enquête.

Et si les armes des industriels se retournaient contre eux ? Journaliste indépendante, spécialisée dans les enquêtes sur l’industrie agro-alimentaire bretonne, Inès Léraud était depuis 19 mois poursuivie pour diffamation par le groupe Chéritel. En 2019, elle publiait dans Bastamag une enquête sur "les multiples abus" de cette firme de la grande distribution de légumes - travail dissimulé, fraude sur les étiquettes... Elle devait comparaître jeudi 28 janvier 2020 devant le tribunal de Paris. Mais le 22 janvier, le groupe a annoncé retirer sa plainte. Un soulagement et une victoire pour la journaliste, dont le combat - et les multiples soutiens locaux - montrent que les poursuites judiciaires des grands groupes contre les journalistes qui dénoncent leurs pratiques illégales peuvent se retourner contre eux. Interview.

Arrêt sur images : - Depuis le 25 juin 2019, vous étiez visée par une plainte pour diffamation envers l’entreprise agro-alimentaire Chéritel, sur laquelle vous aviez enquêté en 2019. La plainte a été retirée le 22 janvier dernier, quelques jours avant le procès, prévu pour le jeudi 28 janvier ...

Inès Léraud : - Je ne m’attendais pas du tout à ce retrait de plainte. Jean Chéritel est connu pour être quelqu’un de très procédurier. Il s’attaque à tous ceux qui s’en prennent à son entreprise. Il avait attaqué le quotidien le Télégramme pour diffamation en 2015, suite à une enquête sur le recours illégal à des travailleurs bulgares, et le journal a été condamné. De plus, à chaque fois que lui a été condamné, il a fait appel. Même si nous avions de grandes chances de gagner, je m’attendais à une très longue procédure. 

A.S.I. : - En retirant sa plainte, Jean Chéritel a dit "céder devant la pression" : comment analysez-vous ce revirement et cette justification ? 

I.L. : - Je ne sais pas de quelles pressions il parle. Nous, avec Bastamag, avons pour notre part reçu une pression considérable de sa part. Je pense qu’il a cédé à sa propre pression, se rendant compte que le procès n’allait plus dans son sens. Nous savions depuis plusieurs jours, par le biais de mon avocat, qu’il hésitait à retirer sa plainte. Nous devions avoir la confirmation officielle du désistement le jour de l’audience, mais à partir du moment où il l’a annoncé par voie de presse, je ne pense pas qu’il puisse faire machine arrière. Nous allons quand même devoir nous rendre au tribunal, à la 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris, afin de constater le désistement.

Procédure-bâillon

A.S.I. : - Vous avez été visée par d'autres procédures au cours de votre carrière, notamment lors de la publication de votre BD sur le scandale des algues vertes, ces algues toxiques qui envahissent certaines plages bretonnes, conséquence directe de l'agriculture intensive. La plainte avait été retirée quelques jours avant le procès. Vous subissez énormément de pressions de la part des industriels : comment cela influe sur votre travail ?

I.L. : - C’est ma deuxième mise en examen pour diffamation, à chaque fois, les plaintes ont été retirées quelques jours avant le procès. Je pense qu’il faudrait étudier de près ces tentatives, ces procédures-bâillons, qui tentent par la voie judiciaire de réduire au silence des journalistes ou des ONG [Télérama ajoute à la définition : "Il s'agit non seulement de détourner l'attention, mais surtout d'épuiser en temps et en argent ceux qui participent à ce débat, en les impliquant dans des procédures juridiques coûteuses dont ils ne peuvent généralement pas assumer les frais", ndlr]. Ces retraits de plainte au dernier moment sont très courantes lorsque des industriels ou des grands groupes attaquent des journalistes et des rédactions. En 2019, Christian Buson (directeur du GES, un institut privé de conseil en environnement, ndlr) m’a attaquée en diffamation pour mon travail sur les algues vertes, et s’est rétracté trois jours avant l’audience. Ça se répète avec Jean Chéritel, il est arrivé la même chose pour Bastamag avec Bolloré, c’est récurrent. Cela faisait 19 mois que je vivais avec cette pression énorme. Pour l’enquête sur Chéritel, j’avais volontairement décidé que les témoignages seraient anonymes, pour ne pas faire courir de risques à mes sources. Or, malgré le secret des sources qui protège les journalistes, cette procédure aurait impliqué de lever leur anonymat pour fournir des témoignages : un témoignage anonyme devant la justice dans une telle affaire ne vaut rien. Révéler mes sources aurait été une catastrophe. Au vu des actions précédentes entamées par Jean Chéritel, je pense qu’il voulait faire pression, notamment,  sur les personnes ayant témoigné en sa défaveur.

A.S.I. : - Comment ont réagi vos sources lors de la plainte, puis du retrait ? 

I.L. : - Dans cette entreprise qui existe depuis des décennies, il n’y a pas de syndicat. Parler est donc un danger en soi. La plainte a eu un effet de sidération. Des gens avec qui j’étais en contact ne me répondaient plus. J’ai appris plus tard qu’ils avaient reçu des pressions, notamment via des textos. Mais à l’approche de l’audience, de plus en plus de salariés nous écrivaient pour témoigner de leur soutien. Pour le procès, nous avions prévu de convoquer des travailleurs de Chéritel, des ex-salariés et des témoins de la CGT, qui avaient accepté de témoigner. Depuis le retrait de plainte, c’est une avalanche de messages de salariés ravis. Ce retrait de plainte est un aveu de défaite pour Jean Chéritel, et un signal de victoire qui est lancé.

A.S.I. : - Vous êtes journaliste indépendante, et loin des rédactions. Comment avez-vous préparé votre défense?

I.L. : - Vivre en zone rurale, loin de tout, loin des rédactions est un choix. Je travaille toute l’année en ligne, au téléphone avec mes employeurs. Dans le cadre de l’enquête pour Bastamag, j’ai préparé ma défense toute seule. J’avais le soutien de Bastamag et de l’avocat du journal, mais il était aussi très pris sur d’autres sujets, comme le procès de l'attentat de Charlie Hebdo. J’ai arrêté de travailler depuis novembre pour me préparer, sans accepter aucun boulot, sans être payée. Le tout avec la pression accumulée des 19 derniers mois...

A.S.I. : - Financièrement, comment avez-vous pu tenir ?

I.L. : - Il faut savoir qu’en cas de procès en diffamation, la rédaction prend souvent en charge tous les frais d’avocat. Bastamag, malgré son équilibre financier fragile, a pris mes frais de défense en charge. Mais au final, la visibilité de l’affaire et de l'enquête ont engendré de nombreux dons pour le journal. De mon côté, heureusement que ma BD s’est bien vendue !

Inès léraud : ses enquêtes 

En 2019, la journaliste publiait dans Bastamag une enquête sur le groupe agro-industriel breton Chéritel. Elle y dénonce pratiques industrielles douteuses, droit du travail bafoué et harcèlement des employés. 


La même année paraissait sa bande dessinée Algues vertes: l'histoire interdite. Vendue à plus de 90000 exemplaires, l'ouvrage fait le récit d'un scandale, celui de l'algue verte, fruit de l'agriculture intensive dans la région. Meurtrière et polluante, l'algue pullule depuis une dizaine d'année sur les plages bretonnes. 


Pendant plusieurs mois, Inès Léraud parle de son expérience bretonne pour France Culture. Journal breton est une série de podcasts sur deux saisons. Ses enquêtes sonores retracent les mystères de l'agriculture bretonne, ses secrets et ses dangers.


Éviter d'être seule

A.S.I. : - Vous êtes amenée à collaborer avec d’autres journalistes bretons au cours de vos enquêtes. Subissent-ils aussi des pressions ?

I.L. : - Je suis pigiste mais je travaille souvent avec Morgan Large, journaliste, salariée d’une radio locale, Radio Kreizh Breizh (Morgan Large était l'invitée d'Arrêt sur images pour parler des difficultés du journalisme en Bretagne en mai dernier, ndlr). Elle reçoit constamment des menaces, endure des intrusions sur sa propriété. Les clôtures qui gardent ses animaux ont été récemment ouvertes, son chien a été empoisonné. Elle subit des menaces qui ne sont pas du même ordre que les miennes. Pour ma part, j’ai quitté la Bretagne il y a deux ans pour être tranquille, pour m’éloigner des tensions et écrire ma bande dessinée sereinement. À la fin de mes travaux d’enquête, c’était trop tendu sur le terrain, j’ai eu affaire à des campagnes de discrédit sur les réseaux sociaux qui avaient été montées par les industriels. Ils ont pu dire que mon travail s'en prenait aux agriculteurs, ce qui est tout le contraire. Toute cette histoire me donne juste envie de co-signer mes articles à l’avenir, pour éviter d’être seule.

A.S.I. : - A l’écriture de votre enquête sur Chéritel en 2019, vous attendiez-vous à recevoir des poursuites judiciaires ? Aviez-vous été en contact avec la rédaction du quotidien Télégramme, visée en 2015 par Chéritel puis condamnée ? Vous ont-ils mise en garde ?

I.L. : - Je m’attendais à être poursuivie par Chéritel, qui poursuit tous ceux qui s'intéressent de trop près à ses activités. Le Télégramme avait perdu en diffamation contre eux et m’avait prévenue que, si j’enquêtais, je serai mise en examen. Trois ans après la condamnation du Télégramme, Chéritel a été condamné pour les faits révélés par le quotidien. Mais la condamnation du Télégramme a suffi pour que toutes les rédactions craignent le groupe, et plus personne ne voulait travailler sur le sujet. Seul Bastamag a pris le risque avec moi.

A.S.I. : - Compte tenu des pressions, devez-vous prendre des précautions particulières dans votre travail ?

I.L. : - (Rires) Quand je publie une enquête, que j’ai peur d’être poursuivie ou pas, je vérifie tout ce que j’écris. Ce sont plutôt les rédactions qui ont peur. Comme je suis pigiste, on m’a souvent demandé de couper certaines choses, mon travail passe systématiquement par les services juridiques. C’est une forme d’autocensure. Mais malgré tout, le désistement de Chéritel me redonne la pêche, ça redonne confiance en son travail. Le fait de rendre public la procédure par laquelle j’étais visée a fait une grosse contrepublicité à l’entreprise. Mon article a été bien plus lu qu’il n’aurait dû l’être, tout comme ma BD. Tout ça libère la parole, ça me donne encore davantage envie de continuer.

Traitée de complotiste

A.S.I. : - Ces atteintes à la liberté d’informer, par les pressions industrielles, vous poussent-elles à revoir votre conception du journalisme et votre manière de faire votre métier ?

I.L. : - Au fond, je sais que mon travail a un impact énorme, les retombées citoyennes sont immenses. Malgré ça, je me suis dit à un moment que je n’étais plus capable d’encaisser physiquement et mentalement toutes ces tensions. Parfois, je me dis "à quoi bon ?” J’évite de trop le répéter pour ne pas décourager tout le monde (rires).

A.S.I. : - Ces pressions, vous les subissez aussi de la part des figures politiques, notamment locales…

I.L. : - Les pressions viennent de tous les côtés. Certains directeurs de presse, dont Hubert Coudurier (directeur de la rédaction du Télégramme, ndlr) ont attaqué mon travail, me traitant de complotiste. Hervé Leprince, directeur de l’agence de communication Newsens, spécialisé dans la communication sur les réseaux sociaux pour décrédibiliser les contre-pouvoirs et les enquêtes sur l’agroalimentaire, s’en est pris à moi. Quant aux politiques, Marc Lefur, député des Côtes-d’Armor Les Républicains, réputé pour son soutien aux élevages intensifs et à l’agroalimentaire en France, n’a pas manqué de m’affilier à un “lobby écolo parisien”. 

A.S.I. : - Les procès en diffamation sont courants pour les journalistes d’investigation, souvent utilisés comme procédures-bâillon. Ces procès sont davantage visibilisés. Pensez-vous que cela puisse aider à la protection des journalistes et à désinciter les industriels de les poursuivre ?

I.L. : - Cette visibilité montre qu’il est possible de retourner les violences contre ceux qui les exercent. Les journalistes ont tout intérêt à travailler en lien les uns avec les autres, et avec les citoyens. En vivant isolée, comme je l’ai fait, un pacte tacite s'est créé avec les citoyens, qui ont eu eux-mêmes l’idée de créer un comité de soutien. Le journaliste est souvent une figure ostracisée, dénigrée, et là c’est l’inverse qui s’est passé. Ils ont voulu défendre leur patrimoine et mon travail. Qu’un comité de soutien citoyen rende publics la procédure que je subissais et mes travaux, ça m’a déchargée, tout en créant un contre pouvoir fort. Parfois, nos enquêtes ne sont pas beaucoup lues, on peut avoir l’impression qu’elles ne changent rien. Mais là, ça a été largement diffusé : son ambition de départ de me déstabiliser l’a finalement déstabilisée lui, Chéritel.

Sujets trop anxiogènes

A.S.I. : - Dans le sud on parle des boues rouges, en Bretagne des algues vertes, pensez-vous que de plus en plus de journalistes vont être sensibilisés à ces questions et que le journalisme d’investigation va se tourner vers l’écologie et les dérives de l'agroalimentaire ?

I.L. : - Cela fait depuis 2008 que j’enquête sur ces sujets-là. Le problème, ce ne sont pas les journalistes qui ne seraient pas assez sensibles à ces questions, mais les directions des rédactions, qui refusent souvent ces sujets car trop anxiogènes, pas assez intéressants à leurs yeux. Ce sont surtout les classes dirigeantes qui doivent être sensibilisées à ces enjeux, selon moi. Mais les choses changent .En Bretagne aujourd'hui, on voit que les élus se battent pour avoir l'air plus écolos que le voisin. Est-ce une façade, je ne sais pas, mais en tout cas c'est en train de bouger. En 2019, quand la BD sur les algues vertes est sortie, je pensais vraiment être attaquée et décrédibilisée par le Conseil régional de Bretagne. Mais ils m’ont soutenue.

A.S.I. : - Ce que vous montrez aussi avec votre travail, c’est que dans la presse locale, les journalistes n’ont pas de moyens pour l’enquête...

I.L. : - Les journalistes de PQR n’ont ni les moyens ni le temps de faire de l’investigation, ils le disent eux-mêmes. Ils doivent fournir de l’information tous les jours. Ils ne peuvent pas écrire sur certains sujets, pour des raisons économiques ou politiques. On peut très vite se griller dans ces zones-là. Daniel Mermet dit que je fais un bon duo avec Morgan Large, car, pour reprendre ses termes : "Le journaliste local sait tout mais ne peut rien dire, et le journaliste national ne sait rien mais peut tout dire". Les journalistes de PQR croisent tous les jours les gens sur lesquels ils pourraient potentiellement enquêter… Et souvent ce sont des gens qui financent de façon directe ou indirecte leur journal via des subventions ou de la publicité.

Recueilli par Elhia Pascal-Heilmann et Maurice Midena

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Une journaliste, une idée fixe #3 : Stéphane Horel et les perturbateurs endocriniens

Elle est aussi à l'origine des "Monsanto papers", avec son collègue du Monde Stéphane Foucart

Les 8 questions "écologie" qu'il fallait poser à Macron et Le Pen

"Mme Le Pen, savez-vous qu'on ne peut pas atteindre la neutralité carbone sans les éoliennes ?"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.