"Il y a un racisme de pauvres et un racisme de riches" (Tevanian/Hors-Série)
Brève

"Il y a un racisme de pauvres et un racisme de riches" (Tevanian/Hors-Série)

Analyser le vote FN comme une expression de classe du racisme ?

Invité de Hors-Série, l'essayiste et militant associatif Pierre Tevanian invite à déconstruire le vote "ouvrier" Front National. Sur sa proportion dans le vote total d'abord : "Quand le FN fait 35% pour les ouvriers, c'est pas 35% des ouvriers qui ont voté. D'abord, il y a beaucoup d'ouvriers qui sont étrangers. Beaucoup sont non-inscrits, et certains sont abstentionnistes", explique Tevanian.

Mais aussi sur sa signification. Selon Tevanian, le vote Front National est certes l'expression d'un indéniable racisme, mais qui s'exprime aussi de bien d'autres manières dans la société. "Effectivement, des tas de gens qui ne votent pas FN ont d'autres moyens de pratiquer le racisme que n'ont pas ceux qui votent FN et en particulier les ouvriers, les gens de peu, les chômeurs." La discrimination, par exemple, est "massive" et est le fait d'"employeurs, de bailleurs, de propriétaires." Comment, alors, analyser le racisme sous toutes ses formes ? En n'oubliant pas, explique l'essayiste, "qu'il y a bien d'autres actes racistes au quotidien, qui sont le fait de gens qui peuvent être socialistes, fillonnistes, macronistes, mélenchonistes."

L'occasion de voir l'intégralité de l'émission, sur le site de Hors-Série : "La mécanique raciste"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.