Grigny / Coulibaly : plainte du maire contre Malek Boutih ?
Brève

Grigny / Coulibaly : plainte du maire contre Malek Boutih ?

Rien ne va plus dans l'Essonne. Le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, met en demeure le député PS de la circonscription, Malek Boutih, de préciser ses propos après avoir accusé des élus de la ville de "pactiser" avec les voyous. Faute de ces informations, Rio envisage de porter plainte contre Boutih pour dénonciation calomnieuse.

L'inimitié entre le maire de Grigny et le député de l'Essonne est connue. Aux municipales de 2014, Boutih s'était présenté contre Rio sur une liste socialiste dissidente. Mais la rivalité entre les deux élus a franchi un cap en début d'année. Selon des propos rapportés par Rio, Boutih aurait déclaré le 10 janvier dernier, lors des voeux prononcés dans une commune voisine, que "ce n'est pas un hasard que [Coulibaly, le preneur d'otages du magasin de Vincennes] ait grandi à Grigny et qu'il soit devenu délinquant (...) dans une ville où des responsables, y compris des élus, pactisent avec le mal, les voyous, les délinquants, la corruption".

Interrogé par Le Parisien, Boutih avait confirmé ses accusations en précisant qu'il allait "écrire au procureur de la République pour lui signaler des faits troublants". Avant d'ajouter : "Une enquête sur le patrimoine de certains élus comme sur le choix d'élus à des postes sensibles alors que leur nom est bien connu dans les milieux délinquants de la Grande-Borne devrait éclairer beaucoup de choses".

Qui Malek Boutih vise-t-il ? Au Parisien, il ne donne pas de nom. Mais ses accusations ne sont pas passées inaperçues. Dans une lettre envoyée en début de semaine, que Le Figaro s'est procurée, le maire de Grigny demande à Boutih de s'expliquer et de donner les noms de ces élus corrompus. "Je ne peux rester sans réaction face à de telles accusations, écrit Rio. Si des élus de ma ville entretiennent de telles relations, il me les faut connaître pour les combattre. Vous et moi en qualité d'élus de la République sommes tenus d'informer le procureur de la République de tout crime ou délit dont nous aurions eu connaissance. En conséquence vous auriez dû vous-même immédiatement agir. Afin de passer outre votre inertie, je vous mets en demeure par la présente de transmettre les identités des prétendus élus impliqués, ainsi que toutes informations ou précision en votre possession". Et Philippe Rio de menacer Boutih à la fin du courrier : "En l'absence de réponse de votre part, je ne pourrais que considérer qu'il s'agit en réalité d'une dénonciation purement calomnieuse à l'endroit des élus de Grigny, commune nommément visée dans les discours, ainsi qu'à mon égard. Partant, une plainte à votre encontre serait alors déposée".

L'Après Charlie : que faire à Grigny et dans les banlieues ? Regardez notre émission de cette semaine avec, notamment, le président du conseil général de l'Essonne, Jérôme Guedj, et Omar Dawson, militant associatif à Grigny.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.