Greenpeace contre le charbon de Facebook
Brève

Greenpeace contre le charbon de Facebook

Greenpeace proteste sur Facebook contre le choix de ... Facebook de privilégier le charbon pour alimenter en électricité son futur centre de données en construction dans l'état de l'Oregon.





En janvier 2010, Facebook a, bien sûr, ouvert une page officielle pour célébrer son futur nouveau Data Center (centre de données ou de serveurs) et son intégration harmonieuse au sein de la communauté de Prineville, dans l'état de l'Oregon (côte ouest des USA). La page a près de 4 000 fans.

La presse locale salue l'arrivée de Facebook dans cette ville de 10 000 habitants. La construction va employer 200 personnes pendant plus d'un an : un investissement de 188 millions $. Puis 35 personnes vont faire tourner le centre.




De son côté, Greenpeace a lancé le 19 février une campagne internationale pour pousser Facebook à choisir des énergies renouvelables au lieu du charbon pour alimenter ce nouveau centre abritant ses serveurs informatiques qui vont consommer beaucoup d'électricité.

Le groupe "We want facebook to use 100% renewable energy" (Nous voulons que Facebook utilise 100% d'énergie renouvelable) compte près de 220 000 membres et son équivalent en espagnol "Queremos que Facebook utilice 100% energía renovable" près de 182 000 membres.


Le 26 février, le quotidien Central Oregonian a évoqué la question concernant la société Pacific Power qui fournira l'électricité alimentant le centre Facebook : "Pacific Power utilise plusieurs sources, mais le charbon représente 58 % des sources utilisées pour produire son électricité". Depuis, la presse internationale fait écho à cette campagne. Quelques exemples.

Wirtschaftsblatt Kompakt (Autriche) 9 avril. Shanghai Daily (Chine) 31 mars.

The New Zealand Herald (Nouvelle Zélande) 1er avril. The Independent (Grande Bretagne) 31 mars.



The Independent 31 mars 2010

Les premières étapes de la découverte (tardive et intermittente) de Facebook par Daniel Schneidermann sont ici et ici. Quant à notre propre page Facebook (à bilan carbone épouvantable) elle est ici.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.