Face au sulfureux joujou GTA, la presse est ébahie
enquête

Face au sulfureux joujou GTA, la presse est ébahie

...et la télé dégaine psys de service et témoignages douteux

Réservé à nos abonné.e.s
C'est un record : six millions d'exemplaires vendus en une semaine. Un disque ? Un DVD ? Un livre ? Non. Un jeu vidéo, Grand Theft Auto IV, lancé le 29 avril partout dans le monde. Un jeu "déconseillé aux moins de 18 ans" en Europe, "violent, amoral et addictif" proclame Libé à la Une. A grand renfort de témoignages douteux ou recyclés, journaux télévisés et animateurs télé s'alarment devant les risques du sulfureux joujou.

Bienvenue dans un univers que les médias généralistes connaissent mal, observent encore avec méfiance... et dont les fervents défenseurs ne pardonnent rien, ou presque.

Symbole de l'impact inédit du phénomène dans les médias français ? En une semaine, le jeu GTA (pour les intimes) a eu droit aux "Unes" de deux quotidiens nationaux.


La déferlante a été annoncée dès le 26 avril, par Libération, qui revient en détail sur la genèse du jeu, ainsi que sur les raisons du succès des précédents épisodes : le joueur y incarne un truand en devenir, voleur de voiture plongé dans des r&eacute...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.