Etats généraux de l'alimentation : chronique d'un échec programmé
article

Etats généraux de l'alimentation : chronique d'un échec programmé

Il suffisait de lire les journaux

Réservé à nos abonné.e.s
Il était à l'origine de l'idée. Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, a vu ses Etats Généraux de l'alimentation, conclus jeudi 21 décembre dernier par des annonces du gouvernement, monopolisés par les préoccupations de l'agriculture industrielle. (Pour les préoccupations de l'agriculture biologique, voir notre émission) Il a choisi de ne pas prononcer son allocution le jour de la clôture.

Il l'a fait savoir dans Le Monde, le 22 décembre : "Le compte n'y est pas". NIcolas Hulot a ainsi justifié son absence à la journée de clôture des Etats généraux de l'alimentation. "Ce n'était pas suffisamment conclusif et, donc, ce n'était pas pour moi le temps de conclure.", a-t-il poursuivi. "Je considère que les conclusions ne sont pas à la hauteur de la qualité du travail extraordinaire et des propositions qui ont été faites dans les ateliers. Je ne vais donc pas aller faire le beau ou aller dire dans un micro que le compte n'y est pas." En sortant de l'entretien, il a cependant a précisé être "100 % en phase" avec le p...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.