Envoyé spécial : le rédacteur en chef congédié après la mort en Irak de trois journalistes
enquête

Envoyé spécial : le rédacteur en chef congédié après la mort en Irak de trois journalistes

La rédaction du magazine soutient Jean-Pierre Canet

Réservé à nos abonné.e.s
Sac de nœuds sur fond de drame à France Télévisions. Alors que les journalistes Stéphan Villeneuve, Véronique Robert et Bakhtiyar Haddad, ont trouvé la mort en sautant sur une mine, à Mossoul en Irak, le 19 juin dernier, la nouvelle direction de l’information vient d’évincer le rédacteur en chef d’Envoyé Spécial, Jean-Pierre Canet. En cause : le nouveau patron de l’info de France Télévisions, Yannick Letranchant, reproche au rédacteur en chef du magazine d’avoir envoyé Villeneuve en Irak sans en informer la direction. De son côté, la rédaction du magazine soutient son rédacteur en chef. Que s’est-il réellement passé ? Le rédacteur en chef a-t-il commis une faute ? @si remonte le fil de l’histoire.

Lundi 19 juin, fin de matinée. Le téléphone sonne dans les bureaux d’Envoyé Spécial. La rédaction du magazine apprend la terrible nouvelle. Les journalistes Véronique Robert et Stéphan Villeneuve, ainsi que Bakhtiyar Haddad, journaliste et fixeur kurde, viennent de sauter sur une mine en Irak. L’explosion a eu lieu alors qu’ils suivaient pour le compte d’Envoyé Spécial une unité des forces spéciales antiterroristes irakiennes pénétrant dans la vieille ville de Mossoul. Les trois journalistes succomberont. Mais à cette heure là, il y a encore peu d’éléments. Patronne du magazine, Elise Lu...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.