Emeutes : l'embrasement vu (ou pas) par la presse algérienne
Brève

Emeutes : l'embrasement vu (ou pas) par la presse algérienne

Face aux nombreuses émeutes (provoquées par la hausse des prix des denrées alimentaires) qui se déroulent en Algérie depuis le début de la semaine, les médias officiels se taisent, mais des quotidiens comme El Watan parlent clairement, ou discrètement comme Le Soir d'Algérie ou La Liberté.

L'édito d'El Watan cite un confrère le quotidien Liberté, avant de souligner que le gouvernement n'a pas réagi aux événements annonciateurs de la crise actuelle face à la hausse des prix des produits de base : "L’année dernière, Liberté a comptabilisé 112 878 «interventions de maintien de l’ordre», soit presque 9 000 émeutes et troubles… par mois! Mais personne, au sommet de l’Etat, n’a cru bon de réagir, de prévenir par une meilleure gouvernance. Dans la rue, hier à Bab El Oued, les Algérois répétaient la même litanie face aux débris des violences de la nuit de mercredi: «50% d’augmentation pour les policiers !»

El Watan consacre sa Une et ses 4 premières pages aux émeutes et parle de la colère face à "l'ogra" (le mépris des autorités pour la population) : "Depuis lundi, le pays connaît une série d’émeutes qui rappellent curieusement Octobre 88. La soudaine hausse des produits de première nécessité et le sentiment de hogra ont mis le feu aux poudres. Face au silence des autorités - et des médias gouvernementaux - les émeutes se propagent et font déjà plusieurs blessés."

Alger "Mardi 4. Une rumeur se propage comme une traînée de poudre dans les quartiers des Trois Horloges et de Jean Jaurès à Bab El Oued. Une descente de police serait prévue pour déloger tous les vendeurs à la sauvette qui squattent les trottoirs. Mercredi 5. Les jeunes du quartier sont décidés à en découdre avec les forces de l’ordre si jamais on leur interdisait l’occupation de leurs endroits habituels. A 19h30, sans raison particulière et sans que les forces de l’ordre aient entrepris la moindre opération, un début d’émeute embrase les quartiers Triolet, Trois Horloges, Carrière, et celui du cinquième arrondissement où se trouve le commissariat du quartier."

"Le commissariat du cinquième arrondissement sera lui aussi harcelé durant une bonne partie de la nuit. Des bandes de jeunes tentent de pénétrer à l’intérieur du QG, obligeant les forces de l’ordre à faire usage de jets de gaz lacrymogène et de tirs de sommation."

El Watan vendredi 7 janvier 2011 picto

"Le showroom Renault n’est plus qu’un tas de gravats. (...) Cette expédition fera une victime: le gardien du showroom Renault, frappé d’un coup de couteau et hospitalisé aux urgences de l’hôpital Maillot. (...) Chez Geely (constructeur chinois) cinq véhicules sont démontés. L’un des cadres de l’entreprise SIPAC, représentant Geely en Algérie (..) :«Il y avait des policiers en faction près du magasin qui regardaient sans intervenir la destruction du magasin. Quand j’ai demandé de l’aide, ils m’ont répondu qu’ils n’avaient pas reçu d’ordre pour le faire.»"

"Face au silence du gouvernement et celui des médias lourds (télé, radio et APS muselés), il faut être à l’affût pour s’informer" souligne El Watan, en page 3 "Les médias étrangers et la Toile se sont justement emparés de la question des émeutes. Al Jazeera, Medi1 TV, El Arabia, Dubai TV, France 24 et plusieurs autres chaînes internationales n’ont cessé de diffuser les images de l’explosion de colère qui a gagné plusieurs régions du pays et dans la capitale à Bab El Oued ces derniers jours."

"Les limites des effets d’annonce du ministre de la Communication, Nacer Mehal, qui promettait il y a seulement un mois une ouverture de la télévision aux problèmes de la société sous la «directive» du président de la République sont à présent dévoilées. (...) «Les directives ont été claires, on n’en parlera qu’une fois que ça se sera calmé, malgré l’insistance de plusieurs journalistes de la radio et de la télévision jeudi matin», expliquait hier une source."

En page Sports, El Watan signale que plusieurs matchs de foot prévus ces jours-ci sont reportés pour éviter des émeutes à la sortie des stades. Par contre, le journal, pas plus que ses confrères, n'évoque pas la tension qui règne en Tunisie.

Par ailleurs dans son supplément Economie, El Watan consacre plusieurs pages aux hausses de produits alimentaires titrant une page "Fortement dépendante de la poudre, l'industrie laitière en proie aux fluctuations" en précisant qu'un certain nombre de laiteries produisent du lait pasteurisé (à partir de lait en poudre importé) qui est ensuite vendu à un prix subventionné. Sur une autre page, Mébarek Malek Serrai, PDG d'Algeria International Consult explique qu'il faut "stabiliser les prix par la défiscalisation des produits alimentaires de base" sinon on risque de provoquer "un déséquilibre alimentaire du citoyen algérien".

El Watan mentionne aussi la hausse de l'huile végétale sur le marché mondial (+47% en un an) ce qui inquiète les producteurs d'huile qui l'importent sans pouvoir répercuter intégralement la hausse, au risque de devoir fermer.

El Watan vendredi 7 janvier 2011

Le titre du Soir d'Algérie résume la situation, sans complexe : "«Vie chère, pas de logement décent, chômage, drogue et marginalisation», tels ont été les cris de colère de plusieurs dizaines de citoyens à travers plusieurs quartiers populaires de la ville d’Oran, qui sont sortis dans la rue hier dans un mouvement spontané pour crier leur désarroi face à la flambée des prix des produits alimentaires de large consommation. Ces hausses subites, non justifiées, des prix des produits alimentaires de base ont créé un grand déséquilibre dans les budgets des ménages algériens."

L'article du Soir d'Algérie est court mais n'hésite pas à parler d'une "émeute justifiée et approuvée par bon nombre de citoyens. «La drogue envahit nos quartiers, on parle même de cocaïne maintenant ! Les expulsions de citoyens de leurs logements qui tombent en ruine sans être relogés, chômage, piston, corruption… Comment ne pas manifester, lorsqu’en plus de tout cela, on augmente les prix des produits de première nécessité ?»"

Le Soir d'Algérie vendredi 7 janvier 2011

Nettement plus discret, La Liberté, se contente d'un petit bandeau sur les émeutes d'Oran à la Une, alors que le titre principal est consacré à la sécurité routière avec une photo de permis de conduire. Mais l'article sur la moitié d'une page (la seule qui en parle), est direct : "Y aurait-il un effet “boule de neige” suite aux émeutes qui se sont produites ce mardi à Tipasa et Alger, provoquées par des jeunes qui, dans la rue, ont ainsi exprimé le malaise social des Algériens ? Tout porte à le croire car, hier après-midi, des protestations identiques ont également éclaté dans maints quartiers d’Oran, avant de s’étendre par la suite au centre-ville. (...) «Trop, c’est trop ! tout est encore plus cher, on n’a pas de travail, on vit à 15 dans des taudis délabrés et, à côté, vous avez une minorité qui jongle avec des milliards» (...) À l’heure où nous mettons sous presse, la sûreté de wilaya se refusait à nous donner le moindre bilan des arrestations et des blessés qui, nous dit-on de façon informelle, sont à dénombrer des deux côtés."

Un encadré, dans cette même page, explique par ailleurs que 50 sur 380 boulangeries ont fermé par manque de farine "les quotas ont diminué de 50 % (...) au moins 300 travailleurs de ces boulangeries sont au chômage". L'article parle aussi d'une pénurie de lait dans plusieurs régions dont celle d'Alger.


Page 7, sans référence aux événements, un autre article est consacré à la flambée des prix des pommes de terre malgré l'augmentation de la production algérienne (annoncée par les statistiques officielles).

La Liberté vendredi 7 janvier 2011






La Une et 5 pages, El Watan traitait déja hier, des manifestations motivées par la hausse du coût
de produits de base comme l'huile ou les pâtes.

"Plus de 50% des dépenses des Algériens sont consacrées à l'alimentaire" rappelait, hier, El Watan en page 4 en ajoutant "Le moral des ménages se dégrade, confrontés désormais à une tension inflationniste insoutenable"

El Watan jeudi 6 janvier 2011 picto






Même priorité à la sécurité routière que La Liberté, à la Une de La Tribune, qui mentionne les émeutes d'Oran en bas de Une en précisant qu'elles se sont déroulées "dans les quartiers chauds". Des émeutes que La Tribune qualifie de "gangrène maléfique" en parlant, dans ce très court article, de "jeunes en furie" qui "«officiellement» manifestent leur colère contre la vie chère"

picto La Tribune jeudi 6 janvier 2011

Par contre, la presse gouvernementale ou proche du pouvoir ne disait tout simplement pas un mot des émeutes jeudi.

Exemple avec El Moudjahid qui fait sa Une sur la sécurité routière

El Moudjahid jeudi 6 janvier 2011 picto

Même silence pour La Nouvelle République, qui se paie même le luxe de dénoncer le diktat des boulangers accusés de baisser le poids de leurs baguettes pour gagner encore plus d'argent. La fin de l'article évoque du bout des lèvres le manque de farine souligné par La Liberté, chiffres à l'appui (voir au-dessus) par une périphrase "A ce sujet, il est à noter qu'une certaine tension est ressentie actuellement sur la farine." Comprenne qui pourra...

La Nouvelle République jeudi 6 janvier 2011

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.