Egypte : les difficultés d'Al Jazeera
Brève

Egypte : les difficultés d'Al Jazeera

Juste après la prise du pouvoir par l'armée, la justice egytienne a fermé le bureau de la chaîne qatarie Al Jazeera, interrompu un direct depuis l'Egypte, et sa chaîne locale a été interdite. Un de ses journalistes a été expulsé d'une conférence de presse des militaires ce lundi après-midi. Mais ses reporters ont repris leurs interventions en direct ce même lundi.

Malgré les mesures prises contre Al Jazeera par le nouveau pouvoir egyptien, la chaîne a repris, lundi après-midi, en direct les images de la télévision d'Etat égyptienne qui diffusait la conférence de presse des militaires au pouvoir concernant la mort d'une quarantaine de manifestants pro-Morsi armés dans des affrontements avec des militaires qui se sont déroulés lundi vers 4 h du matin. Les militaires disent avoir été attaqués et s'être simplement défendus face à des jets de pierre, des cocktails Molotov et des tirs. Les Frères Musulmans ont lancé un appel au soulèvement .

Au cours de cette conférence de presse, un journaliste portant un polo à rayures se lève, et, apparemment applaudi par des confrères égyptiens, il exige que le reporter d'Al Jazeera présent dans la salle soit expulsé. Les images montrant les cris et la confusion dans la salle ont été diffusées en direct par la télévision d'Etat egyptienne. Le militaire à la tribune s'oppose à cette expulsion, disant qu'il croit à la liberté de la presse, mais pendant ce temps le journaliste d'Al Jazeera est conduit dehors.

Cris et menaces, un journaliste égyptien demande qu'Al Jazeera quitte la salle de la conférence de presse.

Images télévision d'Etat egyptienne

 

De plus, les journalistes d'Al Jazeera semblaient avoir résolu les problèmes de transmission depuis l'Egypte vers le siège d'Al Jazeera au Qatar. Deux journalistes sont apparus en direct depuis le Caire sur la chaîne Al Jazeera en anglais, pendant la retransmission de la conférence de presse des militaires.

Au cours des jours précédents, Ayman Gaballah, chef du bureau d'Al Jazeera en Egypte et ses collaborateurs ont été interpellés sur ordre du procureur, tandis que les locaux étaient fouillés et fermés, selon Al Jazeera.

Interrompant la diffusion, la police avait également saisi le matériel selon la chaîne. Hier, Ayman Gaballah était libéré sous caution et déclarait avoir été bien traité.

La chaîne Al Jazeera est accusée d'émettre illégalement, mais aussi et surtout d'avoir soutenu les islamistes pro-Morsi qui étaient regardés avec bienveillance par le Qatar. Y compris avec sa version egyptienne, Al Jazeera Mubasher Misr qui suivait l'actualité egyptienne depuis le Caire et émettait en Egypte.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.