Egypte : 3 morts dans les "manifestations Facebook"
Brève

Egypte : 3 morts dans les "manifestations Facebook"

Répondant à un appel diffusé sur Facebook en hommage à un homme mort lors d'une bavure policière en juin dernier, des dizaines de milliers d'Egyptiens ont manifesté hier en demandant le départ du président Hosni Moubarak (82 ans). Deux manifestants (à Suez) et un policier (au Caire) ont été tués. Les organisateurs du mouvement, présenté comme apolitique, ont appelé à continuer les manifestations (pourtant toutes interdites en raison de l'état d'urgence en vigueur depuis 30 ans) aujourd'hui.

La police a tenté d'empêcher les rassemblements, en dispersant les manifestants avec des canons à eau qui ne se sont pas révélés très dissuasifs comme on le voit sur cette vidéo (filmée par un internaute), où un manifestant solitaire bloque un camion pompe, dans une rue du Caire.

Les initiateurs de l'appel à manifester ont placé leur mouvement sous l'égide de Khaled Saïd, un homme de 28 ans décédé en juin après un contrôle de police dans un cybercafé du quartier Sidi Gaber de la ville d'Alexandrie. Saïd avait mis en ligne une vidéo montrant des policiers en train de se partager le fruit d'une saisie. La version officielle dit que Khaled, présenté comme un jeune délinquant, serait mort accidentellement étouffé par un sachet de cannabis qu'il aurait voulu avaler. Mais des témoins disent qu'il a été battu par les deux policiers en uniforme qui venaient de l'interpeller, avant de l'emmener la tête ensanglantée dans leur voiture.

En août dernier le Washington Post soulignait que Saïd n'était pas la première personne dont la mort aurait été provoquée par des policiers mais que "sa mort a déclenché une cyber révolution". Le 24 septembre 2010, le Guardian signalait que les deux policiers passaient devant un tribunal qui les a simplement accusés de violence. 


Une photo du visage tuméfié de
Saïd avait été diffusée sur Internet peu après sa mort picto

Khaled Said


La page Facebook "Nous sommes Khaled Saïd" rassemble plus de 400 000 fans, mais le texte de l'appel à manifester (aussi relayé par des blogs et sur Twitter jusq'à ce qu'il soit bloqué hier) va au delà de cette affaire.

Facebook, Said

"Nous appelons à des manifestations le 25 Janvier avec cette page sur facebook à cause du martyr Khaled Saeed mort sous la torture et les coups dans la rue à Alexandrie en juin 2010. Une invitation spontanée qui n'a pas été planifiée par des forces politiques. (...) Nous avons 48 millions de pauvres, y compris les deux millions et demi de personnes vivant dans l'extrême pauvreté. Nous avons 12 millions d'Egyptiens, sans aucun abri. (...) Il ya plus de 3 millions de jeunes chômeurs et le taux de chômage chez les jeunes de plus de 30% (...) Nous avons le taux le plus élevé de la mortalité infantile dans le monde avec une cinquante enfants pour 1 000 naissances. (...) Nous avons plus de 100 000 cancers par an dus à la pollution de l'eau."


- "Faire face au problème de la pauvreté avant qu'elle n'explose."
- "Abolition de l'état d'urgence (...) arrêt la torture systématique qui est pratiquée dans les commissariats de police."
- "Licenciement de ministre de l'Intérieur Habib el-Adli (...) face à la prolifération des crimes commis par des policiers ou agents des agents du ministère de l'Intérieur."
- Définition de la durée du mandat présidentiel afin de ne pas dépasser deux mandats consécutifs car le pouvoir absolu corrompt , il n'y a pas de pays développés qui permette à un président de rester au pouvoir pendant des décennies.
Nous avonsle droit de choisir notre président."


A l'image de l'algérien El Watan, la presse internationale, en Europe comme en Amérique du Nord consacre souvent sa Une aujourd'hui, aux manifestations egyptiennes.

El Watan, mercredi 26 janvier 2011 picto

Les manifestations en Egypte intéressent plus la presse étrangère que la presse nationale française : une page dans Libération page 8, un tiers de page dans le Figaro 6, petit encadré en page 8 d'Aujourd'hui en France, brève en dernière page des Echos.

El Watan

Exemples de Unes étrangères consacrées aujourd'hui au mouvement, avec le New York Times et De Volkskrant (Pays Bas) qui montrent des manifestants enflammant un portrait géant de Moubarak, à Alexandrie.

NY Times


 
De Volkskrant




De Volkskrant mercredi 26 janvier

Voir aussi l'édition Europe du Wall Street Journal américain et  De Morgen (Belgique) qui illustrent aussi les affrontements en Egypte, en faisant un parallèle avec la Tunisie.

WSJ


Wall Street Journal Europe mercredi 26 janvier

De Morgen

El Pais (Espagne) et le Financial Times Deutschland (Allemagne) mettent aussi une photo des événements à la Une :

El Pais, Egypte
Financial Times Deutschland
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.