Ecoliers / prière : NKM dénonce des "dérives"... puis s'excuse
Brève Vidéo

Ecoliers / prière : NKM dénonce des "dérives"... puis s'excuse

La mosquée plutôt que l'école ? Lundi 2 février, Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé sur BFM TV que des dizaines d'écoliers musulmans sont en retard le matin à cause de la prière à la mosquée. Des signes inquiétants d'une radicalisation pour NKM, qui entend lutter contre ces dérives, constatées à Mulhouse. Mais deux jours plus tard, après la publication de plusieurs desintox dans la presse et les précisions alambiquées du maire de Mulhouse, NKM a fini par exprimer "ses plus vifs regrets".



Une petite proposition concrète pour défendre l'école laïque ? Face à Jean-Jacques Bourdin sur BFM, NKM a suggéré de placer hors de leurs familles les enfants en voie de radicalisation à cause de leurs parents. Exemple ? "Le maire de Mulhouse, Jean Rottner, qui est un ami, me dit que dans sa ville, il y a des dizaines d'enfants qui, le matin, arrivent tous les jours en retard à l'école parce qu'ils sont à la prière. Ils sont emmenés à la prière par leurs parents. Et quand les parents sont convoqués, ils expliquent qu'il y a des autorités religieuses supérieures, supérieures à tout, et notamment à l'école de la République". Une dérive radicale qui s'apparente à de la maltraitance, aux yeux de NKM :

Des enfants emmenés à la mosquée plutôt qu'à l'école ? Le lendemain des déclarations de NKM, Libération a contacté le maire de Mulhouse. Lequel a confirmé avoir discuté de ces problèmes avec NKM mais en donnant une autre version : le problème viendrait "de parents qui vont à la prière du matin et emmènent les enfants en retard à l’école", a expliqué Jean Rottner. Première erreur donc.

Mais cette version ne tient pas non plus. Car comme l'explique Libé, "la prière, selon les saisons, a lieu entre 3 heures et 6 h 45 du matin et dure une dizaine de minutes". En clair, à 7h, la prière est terminée. Et les parents seraient en retard pour amener leur enfant à 8h à l'école ? Interrogée par France 3, l'inspection d'académie assure qu'aucun retard de ce type n'est remonté. Même chose au syndicat SNUipp-FSU du Haut-Rhin.

Où sont donc passés ces dizaines d'enfants musulmans en retard ? Le lendemain des déclarations de NKM, le maire de Mulhouse est invité par Jean-Jacques Bourdin. "Des dizaines d'enfants", on passe à "quelques cas récurrents", explique d'abord le maire. Quelques minutes plus tard, il assure qu'il ne s'agit que de "quelques cas marginaux"... Et quand on lui demande comment des parents peuvent être en retard le matin alors que les prières s'arrêteraient à 7h, Rottner ajoute que, là encore, NKM s'est trompée : "Je n'ai jamais parlé d'horaires du matin, il existe par moment des prières, en début d'après-midi qui peuvent venir perturber le début de la classe".


En 24 heures, on est donc passé d'une "dizaine d'enfants" qui arrivent en retard le matin à l'école pour cause de mosquée à "quelques cas marginaux" d'enfants arrivant en retard car leurs parents étaient à la mosquée en début d'après-midi.

De quoi contraindrela vice-présidente de l'UMP à se dédire : dans un communiqué transmis à l'AFP, elle a reconnu que ses "propos sont inexacts et proviennent d'une mauvaise interprétation d'une conversation avec le maire de la ville sur la situation délicate dans laquelle se trouvent certaines de ses écoles". "J'exprime mes plus vifs regrets aux personnes qui ont pu se sentir blessées par mes propos", a-t-elle ajouté.

Ce n'est pas la première fois que NKM se prend les pieds dans le tapis (de prière). En 2011, elle avait assuré que des enfants de six ans refusaient de manger du hachis parmentier à la cantine sous-prétexte que le boeuf n'avait pas été égorgé comme il fallait. Muni d'une bonne louche, @si avait contacté plusieurs écoles de Longjumeau. Aucun problème de hachis parmentier n'avait été constaté.

L'occasion de relire notre enquête sur le HachisGate.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.