DSK / femmes : Quatremer regrette le silence de Libé
Brève

DSK / femmes : Quatremer regrette le silence de Libé

"Ligne rouge."
Journaliste à Libération, Jean Quatremer est le premier à avoir évoqué l'attitude de DSK envers les femmes, sur son blog "Coulisses de Bruxelles", en juillet 2007. Interrogé par le site Egalité-infos, il met en cause le long silence de son propre journal, quatre ans après avoir "franchi la ligne rouge":
Logo Libération

"Il faudra attendre la nomination effective de DSK, à la rentrée de 2007, pour que Les Echos et Le Monde me citent. Mon journal, lui, gardera le silence, y compris lors de l’affaire Piroska Nagy qui éclate en octobre 2008, suite aux révélations du Wall Street journal. On assiste à un phénomène paradoxal: alors qu’un journaliste de Libération a été le premier à mettre en garde DSK contre son comportement, Libération n’en fait pas mention dans sa version papier. Il faudra attendre le 17 mai 2011, soit trois jours après son arrestation pour que le journal me commande un article afin que je raconte pourquoi j’ai écrit ce fameux papier en 2007. Soit quatre ans plus tard…"

Quatremer épingle au passage l'ensemble des médias traditionnels français, tout en défendant sa propre démarche : "Je ne parlais pas de la vie privée de DSK, mais d’un comportement public et inapproprié à l’égard des femmes, comportement qui pourrait lui valoir des ennuis aux États-Unis où il allait être nommé. (...) D’autre part, la majorité (des journalistes, ndlr) s’est contentée de me citer, sans faire de commentaire et sans enquêter. Mais en France, mon blog n’a été repris que par les sites internet, y compris ceux des médias classiques, et non directement par les médias classiques. Alors qu’il a été cité par les journaux britanniques, américains, allemands, italiens, espagnols, etc. "

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.