Dix fois moins de bénéficiaires qu'annoncé : le RSA Jeunes a mal veilli
enquête

Dix fois moins de bénéficiaires qu'annoncé : le RSA Jeunes a mal veilli

Comment l'Elysée a enfumé la presse avec un chiffre "au doigt mouillé"

Réservé à nos abonné.e.s
"La règle de 25 ans n'a aucun sens, elle est choquante !" s’exclamait Nicolas Sarkozy en septembre 2009 dans son discours sur la jeunesse. Le locataire de l'Elysée venait d'annoncer "qu'au nom de la justice sociale", il étendait le RSA aux travailleurs de moins de 25 ans. L'idée avait été lancée par Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse.
Après le temps des annonces, vient celui de l'application. Ce RSA Jeunes doit entrer en vigueur le 1er septembre 2010. Mais qui est vraiment concerné et combien va coûter cette mesure ? Après une année de teasing gouvernemental (même Fillon-le-muet y est allé de son refrain sur cette mesure), il semble que le RSA Jeunes a mal vieilli : le nombre de bénéficiaires attendu aurait considérablement rétréci. A moins que dès le départ, le chiffre – repris par la presse dans des circonstances très particulières – ait été largement surévalué.




Le RSA Jeunes est lancé par Sarkozy, avec l'enthousiasme complice de Martin Hirsch

Le 29 septembre 2009, Nicolas Sarkozy fait un grand discours de près d'une heure pour définir une nouvelle politique à destination de la jeunesse. Parmi la série de mesures annoncées, figure le RSA Jeunes. Une annonce choc: jusqu'à présent, toutes les aides à l'emploi (à commencer par le RMI) n'étaient déclenchées qu'à partir de 25 ans. Situation "choquante" pour Sarkozy, qui passe près de dix minutes à marteler qu'il veut mettre un terme à cette injustice.


Et les injustices, Sarkozy, ça l'énerve !
"Ces jeunes m&eacute...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.