Dieudonné, ou comment l'appeler ?
Brève

Dieudonné, ou comment l'appeler ?

Parmi les innombrables problèmes qu'il pose aux journalistes chargés de traiter son cas, Dieudonné en pose un de taille :

comment l'appeler ? Humoriste ? Polémiste ? Activiste ? Le choix n'est pas indifférent. La qualité d'humoriste lui confère encore une sorte d'immunité, que lui ôterait immédiatement le basculement total dans l'appellation politique. C'est parce que les avocats de Dieudonné ont rappelé au Point que leur client se revendiquait humoriste, que le magazine a dû retirer la captation intégrale de son dernier spectacle, qu'il avait mise en ligne hier matin. Nous avons ici choisi humoriste, ce qui n'est pas un jugement de valeur. Ses sketches et ses récitals, que toute l'équipe consomme à haute dose sur le temps de travail depuis quelques jours, ne nous font pas particulièrement rire. Mais disons que c'est par défaut. Polémiste ? De fait, depuis le début de l'affaire, il est bien silencieux. Mais il y a, selon les aspects du sujet, bien d'autres choix. Locataire indésirable, entrepreneur de spectacles, paria, multicondamné, etc.

Le substantif posé, se pose dans la foulée la question du choix de l'adjectif, avec deux écoles : antisioniste, ou antisémite ? Pas la peine de rappeler l'importance de la distinction. Si l'on ne souhaite pas trancher, on peut toujours s'en sortir par un "controversé", qui ne mange pas de pain, mais ne veut strictement rien dire. Qui sur cette terre n'est pas "controversé" ? Je suis, vous êtes controversés. Choisir, donc. Se mouiller. Notre dossier en fait foi, dans les premières plongées dans le phénomène, nous avons opté pour un prudent "antisioniste" entre guillemets, manière de ne pas trop, justement, se mouiller, et de suggérer : "voilà comment il se désigne lui-même, mais nous ne sommes pas dupes". Plus nous progressons dans l'exploration susmentionnée, plus il nous semble tout de même qu'un vigoureux "antisémite", franc et massif, et sans aucun guillemet, n'est pas immérité.

Reste son patronyme lui-même. Dieudonné est "le choix naturel". Mais les journalistes, surtout dans les articles longs, sont gros consommateurs de synonymes ou d'équivalents, pour éviter les répétitions. Alors, risquer, de temps à autre, un Dieudo ? Ah non. Nous ne garderons pas les cochons avec lui. En sens inverse, Dieudonné a laissé place, dans quelques articles, et de plus en plus, à Dieudonné M'Bala M'Bala, son patronyme complet. On a même repéré ici et là quelques "M. M'Bala M'Bala". Le glissement pourrait paraître normal, le sujet basculant de la rubrique spectacle aux rubriques société et politique, mais il marque incontestablement une prise de distance (sans compter, aie aie aie, rien n'est simple, qu'il peut aussi être considéré comme un rappel raciste des origines africaines du personnage). Fondant les Restaus du Coeur, ou posant sa candidature à la présidentielle de 1981, Coluche, dans la presse, n'est pas pour autant devenu Michel Colucci. A vous maintenant, muni de la grille, de procéder aux décryptages souhaités, et de noter les évolutions inévitables. Bonnes lectures !

Dictionnaire des synonymes
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.