Déraillement de Compostelle : le conducteur, un fou de la vitesse ?
article

Déraillement de Compostelle : le conducteur, un fou de la vitesse ?

Polémique après la publication de ses commentaires sur Facebook

Réservé à nos abonné.e.s
80 morts, et une centaine de blessés en état critique : tel est le bilan du déraillement du train rapide espagnol, près de Santiago de Compostelle. Le principal informateur sur la raison de la catastrophe est le conducteur lui-même, qui a maintenu une communication radio avec la gare après l'accident. Ses paroles ont été largement reprises par les médias espagnols. En cause : la vitesse excessive. Aujourd'hui, la publication d'une photo de son compteur de vitesse atteignant les 200 km/h sur Facebook le dépeint comme un homme fasciné par la vitesse. Entre émotion et procès du chauffeur, les médias espagnols oscillent. Surtout, dans l'émotion, certains se trompent, y compris le premier ministre Rajoy.

Francisco José Garzón Amo : c'est le nom du conducteur du train qui a déraillé, hier soir, à Santiago de Compostelle. Il est aussi au centre de l'enquête puisque c'est lui qui a révélé l'excès de vitesse qui a conduit au déraillement du train. En effet, dès ce matin, des "sources de proches de l'enquête" auraient rapporté les paroles de l'homme après le déraillement alors qu'il continuait à communiquer par radio avec la gare selon ce qu'indique El Pais. "Je vais à190km/h" aurait-il crié alors que le train prenait le virage où la vitesse était limitée à 80. Mais le conducteur n'a pas p...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.