Dati, Zidane, Debbouze et Sy "moins français que moi" (Zemmour / LCI)
Brève Vidéo

Dati, Zidane, Debbouze et Sy "moins français que moi" (Zemmour / LCI)

Eric Zemmour continue son marathon médiatique anti-islam.

Après France 5, où le polémiste a déclaré que "tous les musulmans considèrent les soldats du djihad comme de bons musulmans", Zemmour a enchaîné avec RTL et LCI, où il a poursuivi ses attaques violentes contre l'islam, et ajouté que Jamel Debouzze et Zinedine Zidane étaient "moins français que lui".

Où s'arrêtera Zemmour ? Evincé d'iTELE et condamné fin 2015 pour provocation à la haine envers les musulmans pour des propos tenus dans le journal italien Corriere della sera, l'écrivain fait le tour des plateaux depuis la semaine dernière pour la promotion de son dernier livre, dont il n'a pas relu attentivement les épreuves, Un quinquennat pour rien. Après un quart d'heure sur le plateau de C à vous, mardi 6 septembre 2016, le CSA avait a reçu plus de 700 signalements.L'écrivain s'est-il calmé depuis ? Pas vraiment.

Invité de la matinale de RTL, où il est toujours chroniqueur, mercredi 7 septembre, le polémiste a déclaré face à Yves Calvi : "Il n'y a pas de différence entre l'islam et l'islamisme. Ceux qu'on appelle nous des islamistes, eux, s'appellent des musulmans. Et d'ailleurs, quand vous dîtes Daech, vous dîtes l'Etat islamique. Pourquoi ? Parce qu'ils appliquent l'islam. Tout ce qu'ils font est sous-tendu par des sourates de l'islam. Quand ils égorgent des adversaires, c'est écrit dans le Coran qu'il faut égorger des juifs et des chrétiens". Sans transition, Zemmour a ajouté : "On surveille les jeunes filles en leur disant «Tu n'as pas le droit de sortir avec un tel, tu es une pute si tu t'habilles en mini-jupe». On surveille les garçons s'ils boivent de l'alcool, ça ne s'appelle plus la France ça. Dans les cafés, il n'y a pas une fille, excusez-moi, ça ne s'appelle plus la France". "La polémique ne fait que commencer. Il était normal qu'on en parle aujourd'hui, avec la sortie de ce livre", a conclu Calvi.

LCI, aussi, a trouvé "normal" de donner la parole à Zemmour, lundi 12 septembre, dans sa matinale. Le polémiste a répété qu'il n'y avait, selon lui, aucune différence entre l'islam et l'islamisme, et réclamé le rétablissement d'une loi datant de 1803, obligeant les parents à donner à leurs enfants des prénoms issus du calendrier français. "Est-ce que pour vous, un prénom français, c'est un prénom chrétien ?", demande la journaliste Audrey Crespo-Mara, avant de préciser sa question : "Est-ce que vous estimez pour autant que Rachida Dati, Zinedine Zidane, Jamel Debbouze et Omary Sy sont moins Français que vous ?". Pour l'écrivain, toujours chroniqueur sur RTL, il n'y a pas de différence sur le plan politique et juridique. "En revanche", nuance-t-il, "pour le corps social, c'est à dire comment ils sont reçus par la population, par le peuple qui est là depuis 1000 ans, alors oui, ils sont moins Français que moi, parce que moi mes parents - et je les en bénis - ont fait l'effort de me donner un prénom, dans le calendrier comme on disait".

L'occasion de relire notre article : "700 signalements au CSA après une interview de Zemmour sur France 5"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.