Comment l'UE finance des médias européens (Mediapart)
Brève

Comment l'UE finance des médias européens (Mediapart)

Presseurop, Euractiv, Café Babel ou encore Euronews : l'Union européenne subventionne une multitude de médias européens plus ou moins connus. Mediapart a tenté d'y voir plus clair dans ce "maquis des financements publics". Avec quelques surprises à la clé : qui savait que l'UE allait participer au financement des opérations spéciales de France inter pour les Européennes 2014 ?

La fin du contrat de Presseurop, et l'annonce de la suppression de 26 postes équivalents temps plein à la rédaction de Courrier international qui assurait cette revue de presse européenne, a rappelé une pratique méconnue : comme de nombreux états européens, dont la France, l'Europe subventionne, elle-aussi, des médias. D'après l'enquête de Mediapart, pour l'année 2013, le montant de ses subventions, versées par la direction de la communication de la commission européenne, s'élève à 40 millions d'euros. Objectif officiel ? Favoriser un débat public européen. Mais certains critères d'attribution de ces subventions font polémique : dans l'appel d'offres Presseurop 2013, annulé depuis, la commission entendait accorder des subventions en échange d'obligations éditoriales plus ou moins contraignantes (par exemple, suivre en priorité l'agenda de la commission).

C'est bien évidemment ce type de contreparties qui pose problème, ainsi que l'opacité des critères d'attribution. Par exemple, 30% du budget de la chaîne Euronews provient de subventions de la commission. En échange de quoi ? "La chaîne s'engage à respecter des formats précis, à la fois pour l'information à chaud et le magazine, dictés par l'exécutif européen", indique Mediapart. Quitte à céder à des opérations de communication, comme lors du discours sur l'état de l'Union de José Manuel Barroso en septembre 2013. Parfois, ce sont certains programmes de la chaîne qui sont coproduits avec des organismes européens, comme c'est le cas avec Space, une émission consacrée à l'actualité de l'espace, co-produite avec l'agence spatiale européenne. "C'est comme si Bercy finançait directement une émission consacrée à l'économie sur France 2", remarque Mediapart.

Les financements sont divers et variés : le portail francophone Toute l'Europe a reçu, dans le cadre d'un fond de la commission européenne, 141 000 euros pour un projet baptisé "Le Shakeur" dont l'objectif est de développer une "communauté" de jeunes (17-34 ans) en leur parlant d'Europe autour de sujets qui les préoccupent. Autre exemple de financement : 12% du budget du site Euractiv consacrée à l'actualité institutionnelle de l'UE correspond à des subventions. Quant au site Cafe Babel, regroupant 2 000 rédacteurs volontaires, il touche "en particulier des subventions « de fonctionnement » de la commission, au titre du programme « citoyenneté - Europe pour les citoyens »", détaille Mediapart.

Des médias généralistes peuvent également prétendre à des subventions. C'est le cas par exemple... de France inter. D'après Mediapart, "les opérations spéciales de France Inter pour les élections européennes (la délocalisation dans une capitale européenne, tous les quinze jours jusqu'en mai, d'une partie de leurs émissions, comme ce fut le cas ici à Rome) devraient elles aussi bénéficier d'une aide, versée par le parlement, au titre de la couverture du scrutin 2014". Philippe Val, le patron de la radio, a même fait le déplacement à Bruxelles pour obtenir ces subventions dont le montant n'est pas encore connu. Dans le cadre des élections européennes de 2014, ce type d'opérations subventionnées devrait se multiplier.

Maj 5 décembre : précisions sur le financement du projet Le Shakeur du site "Toute l'Europe"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.