Comment la Sacem et la Fnac ont tué les "communs"
Brève Vidéo

Comment la Sacem et la Fnac ont tué les "communs"

Mais qui a tué le projet de "domaine commun informationnel" dans la loi numérique d’Axelle Lemaire ?

Pour l’économiste et auteur d’un ouvrage collectif intitulé Le Retour des communs, Benjamin Coriat, ce sont la Sacem et les distributeurs de produits culturels comme la Fnac qui ont torpillé la tentative de définir le domaine commun de l'information (logiciel libre, les œuvres placées sous licence Creative Commons, les ressources gérées de façon communautaire comme Wikipedia par exemple, etc).

Exemple ? La directrice exécutive de Wikimedia, Nathalie Martin, estime que les représentants des ayants droit ont faussé le débat. Sur notre plateau, elle raconte une rencontre à Matignon où les partisans de la reconnaissance des communs, dont elle fait partie, se sont vivement opposés aux représentants des ayants droit. "Toute la réunion a été de [nous] dire «Vous attaquez le droit d’auteur» alors que nous on parle d’un droit d’usage, les communs c’est à part du droit de la propriété", raconte-t-elle, parlant même de "techniques d’intimidation". Ce lobbying n’aura toutefois pas suffi à faire reculer le gouvernement sur toutes ses positions, estime Martin, citant l’exemple de l’exception de panorama.

Pour voir l’intégralité de notre émission, c’est ici : "Les communs, ce n'est pas le monde des bisounours !"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.