Charlie Hebdo raciste ? Un ancien accuse (Article11)
Brève

Charlie Hebdo raciste ? Un ancien accuse (Article11)

Accusations contre Charlie Hebdo : un ancien parle. Après la tribune du directeur du journal se défendant de tout racisme publiée dans Le Monde et une chanson du film "La marche" assimilant l'hebdomadaire à une publication raciste, Charlie Hebdo est de nouveau accusé de racisme. Mais cette fois-ci, par un ancien collaborateur, Olivier Cyran. Selon lui, la ligne éditoriale de l'hebdomadaire aurait basculé avec le 11 septembre et la multitude de caricatures contre les musulmans.

Ancien collaborateur de Charlie Hebdo (entre 1991 et 2001), Olivier Cyran conteste aujourd'hui la ligne éditoriale du journal. Dans une longue lettre ouverte adressée à Charb (directeur du journal) et Fabrice Nicolino, tous deux auteurs de la tribune dans Le Monde dans laquelle ils rejetaient les accusations de racisme à l'encontre de Charlie Hebdo, Olivier Cyran, auteur d'un livre sur La Face cachée de Charlie Hebdo qui n'a jamais été publié, assure que la ligne éditoriale a changé depuis son départ : "Raciste, Charlie Hebdo ne l’était assurément pas du temps où j’y ai travaillé. En tout cas, l’idée qu’un jour le canard s’exposerait à pareil soupçon ne m’a jamais effleuré. (...) À peine avais-je pris mes cliques et mes claques, lassé par la conduite despotique et l’affairisme ascensionnel du patron, que les tours jumelles s’effondrèrent et que Caroline Fourest débarqua dans votre rédaction. Cette double catastrophe mit en branle un processus de reformatage idéologique qui allait faire fuir vos anciens lecteurs".

Raciste, Charlie Hebdo ? picto

Article 11

Cyran assure que l'hebdomadaire a, dès lors, publié des enquêtes douteuses : "Petit à petit, la dénonciation en vrac des « barbus », des femmes voilées et de leurs complices imaginaires s’imposa comme un axe central de votre production journalistique et satirique. Des « enquêtes » se mirent à fleurir qui accréditaient les rumeurs les plus extravagantes, comme la prétendue infiltration de la Ligue des droits de l’homme (LDH) ou du Forum social européen (FSE) par une horde de salafistes assoiffés de sang".

Autre exemple : un article de Caroline Fourest datant de juin 2008 : "Je me souviens de cette pleine page de Caroline Fourest parue le 11 juin 2008. Elle y racontait son amicale rencontre avec le dessinateur néerlandais Gregorius Nekschot, qui s’était attiré quelques ennuis pour avoir représenté ses concitoyens musulmans sous un jour particulièrement drolatique. Qu’on en juge : un imam habillé en Père Noël en train d’enculer une chèvre, avec pour légende : « Il faut savoir partager les traditions ». Ou un Arabe affalé sur un pouf et perdu dans ses pensées : « Le Coran ne dit pas s’il faut faire quelque chose pour avoir trente ans de chômage et d’allocs ». Ou encore ce « monument à l’esclavage du contribuable autochtone blanc » : un Néerlandais, chaînes au pied, portant sur son dos un Noir, bras croisés et tétine à la bouche. Racisme fétide ? Allons donc, liberté d’expression ! Certes, concède Fourest, l’humour un peu corsé de son ami « ne voyage pas toujours bien », mais il doit être compris « dans un contexte néerlandais ultratolérant, voire angélique, envers l’intégrisme »".

Cyran reproche également la multiplication dans l'hebdo des caricatures contre les musulmans. Des caricatures qu'il qualifie de "gaudriole islamophobe". Exemple avec l'illustration d'une enquête, démentie depuis, sur les "djihadistes du sexe" en Syrie :

Dessin

 

Charb, directeur du journal, n'est pas épargné pas les critiques de Cyran : il lui reproche, notamment, une caricature "où l’on voit un Arabe à grosse moustache en arrêt devant une prostituée, tandis qu’un prédicateur à barbe le sermonne : « Mon frère ! Tu vas pas payer 40 euros une passe alors que pour le même prix tu peux acheter une épouse ! »" Commentaire acerbe de Cyran : "Dans les années trente, le même gag avec des juifs à la place des musulmans aurait fait un tabac, sauf qu’à l’époque son auteur n’aurait sans doute pas eu l’idée de venir brandir un brevet d’antiracisme".

Et face à ces caricatures et ces articles jugés islamophobes, l'argument qui consiste à dire que Charlie Hebdo caricature également les autres religions n'est pas recevable, selon Cyran : "J’aime bien les bouffeurs de curés, j’ai grandi avec et ils m’ont inculqué quelques solides défenses contre les contes de fées et les abus de pouvoir. C’est en partie cet héritage-là qui me fait dresser les poils devant l’arrogante paresse intellectuelle du bouffeur de musulmans. La posture antireligieuse lui offre un moyen commode de se prélasser dans son ignorance, de faire passer pour insolents ses petits réflexes de contraction mentale. Elle donne du lustre à un manque béant d’imagination et à un conformisme corrodé par les yeux doux de l’extrême droite". Et Cyran d'ajouter, cinglant : "« Encoder le racisme pour le rendre imperceptible, donc socialement acceptable », c’est ainsi que Thomas Deltombe définit la fonction de l’islamophobie, décrite aussi comme une « machine à raffiner le racisme brut ». Les deux formules vous vont comme un gant".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Entre légionnaires et policiers, la tumultueuse protection privée de Charlie Hebdo

Charlie déplore de payer pour sa sécurité. Mais qui sont ses anges gardiens ?

La promotion controversée du "djihadiste repenti" Farid Benyettou

Polémique autour du livre de l'ancien mentor de Chérif Kouachi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.