Centre d'hébergement dans le 16e : "La violence des riches ne se cache plus" (Pinçon-Charlot)
Brève Vidéo

Centre d'hébergement dans le 16e : "La violence des riches ne se cache plus" (Pinçon-Charlot)

Quand les riches se lâchent.

La sociologue Monique Pinçon-Charlot, invitée sur notre plateau, raconte la genèse du livre-BD qu'elle a co-écrit, Panique dans le 16ème (ed. La ville brûle), sur l'installation d'un centre d'hébergement d'urgence pour les sans-abris dans le 16ème arrondissement de Paris, à la lisière du bois de Boulogne. Le point de départ du récit : une réunion de présentation du projet en mars 2016, à l'université Paris Dauphine, durant laquelle plusieurs membres du public se montrent très insultants. "Salope", "brosse à caca"... Pour Pinçon-Charlot, la parole des plus riches s'est libérée depuis Nicolas Sarkozy, et son "casse-toi pauv'con" : "il y avait des choses qui n'avaient jamais été dites par un président de la République". Aujourd'hui, continue-t-elle, avec Emmanuel Macron, "il y a une atmosphère néo-libérale qui libère les énergies et les pulsions de haine de classe". "La violence des riches, aujourd'hui, ne se cache tout simplement plus", analyse la sociologue.

Pour voir l'intégralité de l'émission avec la sociologue Monique Pinçon-Charlot et l'adjoint (PCF) à la Maire de Paris en charge du logement et de l'hébergement d'urgence Ian Brossat, c'est ici.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.