Cazeneuve appelle le maire de Grenoble à "regretter" une fresque montrant des violences policières
article

Cazeneuve appelle le maire de Grenoble à "regretter" une fresque montrant des violences policières

La caricature anti-police, vieille tradition française pourtant...

Réservé à nos abonné.e.s
Jugée "anti-police", une fresque, à Grenoble, a fait réagir jusqu’à Bernard Cazeneuve. Dans le cadre d’

un festival de street art subventionné par la ville de Grenoble, l’artiste Goin a peint une Marianne au sol, matraquée par deux policiers anti-émeutes dont l’un porte un bouclier marqué "49-3". Intitulée "l’Etat matraquant la liberté", l’œuvre a suscité une vague de réactions jusqu’au ministère de l’Intérieur. L'image s'inscrit pourtant dans une longue tradition française de caricature des moeurs policières.

Même Bernard Cazeneuve a tweeté ! Après plusieurs personnalités de l'opposition grenobloise, le ministre de l'Intérieur s’est fendu d’un tweet de soutien aux policier...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.