Carelman, l'introuvable
Brève

Carelman, l'introuvable

Jacques Carelman a disparu. On ne sait où ni quand mais la chose est certaine, il a disparu à l'âge de quatre-vingt-trois ans. Jacques Carelman est désormais introuvable. Comme les objets qu'il inventa dès 1968 et qu'il publia en catalogue l'année suivante, parodiant ainsi le célèbre Catalogue des armes et cycles de Saint-Etienne.

Parution du tome 1 au Livre de Poche, 1975 ?

Extrait du Catalogue des armes et cycles de Saint-Etienne, 1907

Le Catalogue d'objets introuvables de Carelman a été maintes fois réédité…

Réédition de 1976 ? chez Balland

… voici quelques-uns des articles proposés à la vente :


Puis vint un jour où Carelman commercialisa ces objets qui devinrent donc disponibles, rendant fautif l'intitulé du catalogue !

Cafetière pour masochiste

Machine à coudre à moteur animal

Machine à mettre les points sur les i

Mais Carelman ne fut pas que l'auteur du Catalogue d'objets introuvables. Il fut aussi, en 1972, celui du Catalogue de timbres-poste introuvables :

Réédition de 2011

Extrait :

Carelman fit bien d'autres choses dans sa vie. Régent d'Hélicologie au Collège de ’Pataphysique, il fut l'inventeur de l'OuPeinPo, Ouovroir de Peinture Potentielle. Ami de Raymond Queneau (on s'en serait un peu douté), il réalisa en 1966 la première adaptation en bande dessinée de Zazie dans le métro :

Et c'est lui qui dessina cette célèbre affiche de mai 68 :


Jacques Carelman a disparu, mais il a un digne successeur en la personne de Kenji Kawakami, ingénieur nippon de son état et inventeur du chindogu mais qu'est-ce que le chindogu me direz-vous eh bien le chindogu est un objet apparemment utile mais totalement ridicule et parfois même inutilisable si l'on est un tantinet raisonnable, ce qui n'est pas une qualité forcément recommandée. Quelques exemples :

Parapluies pour chaussures

Parapluie récupérateur d'eau (de pluie)

Baguettes-refroidisseur de nouilles

Oreiller pour se sentir moins seul(e) la nuit

Cravate-bureau

Jacques Carelman a disparu mais il nous reste ses livres, et ses objets q'on peut se procurer par là (la cafetière pour masochiste est un ustensile indispensable propre à égayer les fins de repas ennuyeux).

 

L'occasion de lire ma chronique intitulée Le bon vieux temps ressuscité des lunettes à rayons X où il est question, justement, de lunettes à rayons X qui permettaient de voir (soi-disant) à travers la robe des filles et qui maintenant ont d'autres applications.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.