Bidonnage du Point : Imloul contredit Décugis
Brève Vidéo

Bidonnage du Point : Imloul contredit Décugis

Abdel-Décugis, le face-à-face.
Le Grand Journal de Canal+ avait invité hier soir les deux protagonistes principaux dans l'affaire de bidonnage du Point que nous avons révélée vendredi : Jean-Michel Décugis, journaliste du magazine, et Abdel, le fixeur qui s'est fait passer pour une femme de polygame.

La rencontre a été musclée, mais correcte, les deux parties trouvant le temps de défendre leur point de vue, et esquissant même un semblant de dialogue.

En voici un extrait, inauguré, ô surprise, par une citation d'@rrêt sur images picto


Il est intéressant de noter dans ce passage que Décugis apporte un nouvel argument pour justifier de sa bonne foi : Sonia Imloul, qui l'a mis en contact avec Abdel, et dont nous venons de retracer la carrière médiatique, lui aurait confirmé une partie de l'histoire inventée par Abdel. Quand il s'est fait passer pour la femme de polygame, Abdel a raconté au journaliste que son (faux) fils de 14 ans était passé par le commissariat, et que Sonia Imloul était allé le chercher. Le journaliste assure que la responsable associative lui aurait confirmé ce point, après l'interview de la fausse Bintou.

Mais contactée par @si, Imloul dément : "Je n'ai rien dit à Jean-Michel Décugis sur cette histoire. D'ailleurs, comment expliquer qu'une femme lambda pourrait arriver dans un commissariat pour chercher un mineur avec lequel elle n'a aucun lien officiel ? Je rappelle aussi que j'habite à Seint-Denis, qui est loin de Montfermeil", le lieu de résidence fictif de Bintou. Au téléphone, le ton de ces dénégations est pour le moins agacé.

Par ailleurs, saluons la correction du Grand Journal. Certes, la capture d'écran de notre site est montrée très fugacement sur le plateau, mais au moins Michel Denisot a mentionné @rrêt sur images. Deux jours auparavant, sur France 5, Médias, le magazine n'avait pas pris cette peine, même s'il avait diffusé des extraits de deux vidéos portant notre logo. Quant à l'Edition spéciale de Canal+, qui a interviewé Abdel, elle ne nous a pas cité, et a diffusé des images sans notre logo, après avoir récupéré une partie de la vidéo de la fausse interview  tournée par Abdel.

Voici des extraits de ces émissions :

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.